Articles

Retour à Clairval, 3ème partie : Baston chez les Knock-Knocks

COcouvSpécial Jeu de rôle

Les Chroniques Oubliées

Retour à Clairval

3ème partie : Baston chez les Knock-Knocks

Asnières

Après une première partie bien mouvementée et une deuxième plus calme, nous retournons à Clairval sous l’oeil arbitral d’Olmyster.

Les quatre aventuriers sont toujours joués par Doucedidine, Bob Wing, Ananas et moi-même. Doucedidine est Aëdine, une demi-elfe druidesse; Wing est Valéros Bobgorn, un rodeur humain; Ananas joue Anastasia, une Bardesse humaine; je suis Nick, un guerrier nain (surprenant !?).

Je vous propose donc de partager notre aventure ludique et imaginative. Tout ce qui suit découle bien des choix, des réussites et des échecs aux dés, et de l’imagination très productive de notre Maître de jeu et des quatre joueurs, et du conteur bien sûr. Sans omettre les incohérences de nos oublis.

Résumé des aventures précédentes:

Après de longs mois d’errance, de découvertes et d’apprentissages, quatre jeunes héros revinrent dans leur village d’enfance, Clairval, pour un évènement particulier: l’inauguration du Temple de Karoom.

Nick le guerrier nain, Aëdine la druidesse demi-elfe, Valéros le rodeur humain et Anastasia la bardesse humaine ne voulaient manquer cet évènement sous aucun prétexte, car Karoom était l’un de leurs mentors. Le prêtre nain faisait parti d’un groupe de quatre anciens héros qui avait sauvé le village trente ans plutôt d’une terrible menace, quand un nécromancien enleva tous les enfants du village afin de les sacrifier à son démon.

Le temple, que Karoom avait construit pendant ces trente années, devait commémorer cet évènement, et le village se préparait pour les festivités du lendemain, à l’équinoxe d’automne, quand les quatre jeunes héros arrivèrent sous la pluie. Sur leur chemin, ils s’arrêtèrent au temple pour saluer Karoom et profiter du temple avant la cohue. Mais ils découvrirent le lieu saccagé par des gobelins et l’absence de Karoom.

Arrivés au village, ils prévinrent le bourgmestre, se restaurèrent et retrouvèrent quelques connaissances. Puis vint la nuit, mouvementée, où le village fut parcourut par un groupe de pilleurs gobelins. Les quatre héros parviennent à tuer quelques créatures, mais les villageois furent apeurés, se rappelant la tragédie subie trois décennies plus tôt. Le bourgmestre calma ses ouailles et les invita à patienter jusqu’au lendemain.

À l’aube, les fermiers annoncèrent le massacre de leurs bêtes et le vol de trois vaches, tandis qu’un père pleura la disparition de son fils. Il fut alors entendu par tous que la chasse devait se faire, mais le baron local, Rodrigue de Haute-Pierre, un des anciens héros, calma les villageois inexpérimentés dans l’affrontement contre des viles créatures, et désigna les quatre jeunes aventuriers comme les hérauts du village qui iront seuls enquêter sur ceux qui avaient mené cette razzia et ramener l’enfant sain et sauf.

3ème partie : Baston chez les Knock-knocks

Nantis de leur nouvelle mission par le baron et le bourgmestre de Clairval, les quatre aventuriers quittèrent la place du village, grouillante de gens, tantôt frustrés de ne pas participer à la poursuite, tantôt rassurés de rester à l’abri dans le village.

Nick le nain, Aëdine le demi-elfe, Anastasia et Valéros les humains entamèrent leur marche vers la sortie du village, sous une pluie naissante. Au milieu du bruissement de leurs pas et du clapotis des gouttes, ils discutèrent de l’action à mener et tombèrent tous d’accord pour aller directement à la Clairière des Héros, retrouver leurs anciens mentors, dans l’espoir de trouver quelques explications sur l’absence de Karoom.

À peine sortis du village, ils virent sur un rocher au bord de la route le vieux baron Rodrigue de Haute Pierre qui semblait patienter. Alors qu’ils venaient juste de le quitter.

– Bah qu’est-ce que vous faîtes là, Baron, s’étonna en premier Valéros.

Le baron découvrit quelques dents.

– Vous savez, quand on nait roturier, on n’en devient pas baron sans quelques talents.

– Vous avez été un voleur autrefois. Mais vous avez fait vite quand même, s’amusa Aëdine.

– Peu m’importe, éluda le vieillard. Moi, j’ai une ou deux choses pour vous.

Il passa une main dans son dos et ramena devant lui une besace. D’une main agile, il sortit une fiole de métal.

– Ceci est une fiole de vie. D’une gorgée, elle peut soigner vos blessures. De plusieurs, vous pourriez retrouver toute votre force. Mais attention, cette fiole n’en contient que trois.

Il tendit la main vers Valéros, qui se saisit de la fiole sans discuter. Il en sortit une autre pour Aëdine et une troisième pour Nick. Puis il se tourna vers Anastasia.

– Alors convaincu de la futilité de l’or, ou tu préfères t’y tenir et vouloir que de l’or ?

Anastasia pouffa.

– Bah, non, je ne veux pas que de l’or.

Le baron lui donna à son tour une fiole, avec un sourire entendu. Puis il dévisagea chacun des jeunes aventuriers.

– Merci, fit Aëdine.

– J’ai aussi un conseil que je pouvais difficilement vous prodiguer devant mes ouailles.

Il garda le silence un instant.

– Sachez qu’il y a gobelin et gobelin, et que ceux qui ont agi cette nuit ont eu un comportement assez surprenant. Ne frappez pas comme des sourds, c’est vraiment ce que je vous conseille. Ne tuez pas aveuglément sous prétexte que ce sont des gobelins. Parce qu’encore une fois, je trouve que ces gobelins agissent bizarrement pour des gobelins.

– C’est à dire, c’est quoi le comportement normal d’un gobelin, s’interrogea Aëdine.

– Les gobelins, normalement, ne seraient jamais rentrés dans le village. Cela ne s’était jamais produit avant les fameux évènements, et plus depuis. Ils ont vraiment un comportement très étrange pour des gobelins. Normalement, ils ne s’approchaient plus du village. Et surtout ne perdez pas de vue que votre but est de retrouver un enfant, pas d’éradiquer des êtres, aussi nuisibles soient-ils.

– Accessoirement, on n’est pas là que pour l’enfant aussi, ajouta Nick. On n’aimerait bien savoir aussi pourquoi les gobelins se sont intéressés au Temple d’automne de Karoom.

Le baron se lèva et s’éloigna.

– Bonne chance. Je vais prier au temple pour votre réussite.

Puis il partit par le sentier du nord, celui qui amenait au nouveau temple, d’un bon pas malgré sa cécité, et disparut dans la forêt.

Valèros resta sceptique, se demandant s’ils avaient bien eu affaire au même homme, entre le vieillard du village, affable et aidé par un domestique, et ce personnage vif et espiègle. Il partagea son doute avec ses compagnons, qui ne surent quoi dire.

Ils se décidèrent à poursuivre leur route, prenant le même sentier que le baron, car la Clairière des héros se trouvait après le Temple d’Automne. Ils traversèrent ainsi la forêt, puis la clairière, longèrent le temple, tout cela sans encombres, en silence. Comme si les lieux s’étaient vidés de toutes menaces. Ou que les aventuriers savaient que le plus dur était à venir.

Après une bonne heure de marche, ils arrivèrent à une nouvelle trouée dans la forêt et tombèrent sur deux chaumières entourées d’une végétation travaillée, cernées par une palissade basse et aérée. Des fleurs poussaient au pied des murs et de la palissade, tandis que des rangs de potager se dressaient devant les bâtisses.

– C’est de la décoration elfique, se permit Valéros.

– Voilà bien un réflexion de nain, ajouta Nick le nain.

– C’est mignon et très charmant, corrigea Aëdine.

De nombreux chats s’abritaient de la pluie sous le rebord des toits

– Encore des chats, lâcha Nick, désabusé, entraînant un rire d’Aëdine.

Ils aperçurent un vieil homme vouté au milieu d’un potager, qui se releva avant qu’ils eurent franchi la palissade. L’homme garda sa bêche en main, de ses deux mains prêtes à s’en armer, et son regard scruta les arrivants, si dur, si inhospitalier. Il s’avèra être un semi-orc, qui, malgré l’âge, avait encore des muscles saillants. Sa carrure imposante était impressionnant de vitalité. Tout donnait l’envie de passer son chemin.

– Et c’est lui qui habite dans ces chaumières de tafiole, murmura Valéros.

– Va lui dire ça en face. Mais tout seul, nous on regarde, répliqua Aëdine.

– C’est Krush, informa Nick.

Le groupe s’approcha du vieux semi-orc.

– Bonjour, grogna Valéros.

Nick et Anastasia furent plus chaleureux.

– Bonjour, Krush, fit Aëdine. Tu nous reconnais ? C’est Aëdine.

– Oui, répondit sèchement Krush.

– Comment ça va, poursuivit Aëdine, refroidie.

– Bien.

– Il parait que c’est toi qui a la clé du temple ?

– Oui.

– C’est parce qu’on a récupéré une clé du temple… au temple. Au milieu de gobelins. Tu as encore la tienne ?

Krush se mit à réfléchir, longuement, les dévisagea un instant, réfléchit à nouveau. Puis il leur tourna doucement le dos et marcha vers l’une des chaumières. Il entra dans la première et se mit à farfouiller, produisant bruits et cliquetis. Il ressortit une minute après et les regarda un à un, scrutant les visages, les vêtements et les sacs.

– Donnez-moi la clé !

La rudesse de l’ordre estomaqua les aventuriers. Puis ils se dévisagèrent.

– Qui l’a déjà, demanda Aëdine.

– C’est moi, depuis la veille, répondit Nick.

– Oh, il s’énerve, chuchota Valéros.

– Je lui donne, interrogea Nick.

– Tu fais comme tu veux, ironisa Aëdine, nerveuse.

– Ah ouais, d’accord, fit Nick qui releva le manque de courage de ses amis. Mais il n’a pas répondu à notre question ?

– Oui, s’étonna Aëdine en se tournant vers Krush. Comment ça se fait que tu l’as perdue ?

– Je sais pas… Mais donnez-moi la clé, insista fortement Krush.

Nick la lui tendit et une main verdâtre la saisit.

– Vous l’avez trouvé où, interrogea Krush.

– Bah, au temple, répondit Nick. C’était des…

– Quand ?

– Hier et ce sont des gobelins qui l’avaient sur eux.

– Des gobelins ?

– Des gobelins, qui en plus ont saccagé le temple de Karoom.

– Le temple ? Et personne ne me l’a dit ?

– C’est justement ce qu’on est entrain de te dire, rétorqua Aëdine.

– Ce n’est arrivé qu’hier, ajouta Anastasia.

– Hier soir, insista Krush.

– Hier… Hier après-midi, s’agaça Nick.

– Et la nuit, ils ont attaqué le village et kidnappé un enfant, ajouta Valéros.

Krush garda la silence, dévisageant les héros.

– C’est pour ça qu’on est venu vous voir, indiqua Valéros.

Krush opina du chef.

– Donc on passait voir si tout allait bien ici, dit Aëdine.

– Oui, je suis avec mes fleurs et mes douze chats. Ça va.

– Douze chats, s’exclama Aëdine.

– Oui, douze chats. Ça pose un problème ?

– Non, non, bredouilla Aëdine. C’est un bon nombre, douze chats.

– Et sinon, on voudrait savoir comment la clé avait disparu, se permit Valéros.

– Je ne sais pas… Je ne sais pas et ce n’est pas normal, éluda Krush.

– Vous avez vu des traces d’effraction, demanda Nick.

– Aucune

– Quelqu’un est venu récemment, demanda Valéros.

– Non, personne.

– Bah en me posant la question, j’avais un peu la réponse, ironisa Valéros.

– Comme quoi vous savez réfléchir, asséna Krush.

– Félindra est là, coupa Aëdine.

– Elle n’est pas là pour le moment.

– Elle habite bien ici ?

– Normalement oui.

– Mais elle est parti où, demanda Nick. Vous avez une idée?

– Non, je ne sais pas.

Le silence se fit pendant que les regards se croisaient.

– Et avez-vous des nouvelles du nain, s’enquit Valéros.

– Karoom, corrigea Nick.

Un nouveau silence s’installa avant que Krush ne répondit.

– Karoom est parti. J’attend son retour. Il devrait déjà être revenu. Il n’est pas encore revenu. Il a peut-être eu … des complications, des empêchements, des choses qui l’ont retenu. Mais je connais Karoom, et il va revenir sans problème.

– D’accord, fit Aëdine peu convaincue.

– Est-ce que vous avez remarqué une activité de gobelins dans le coin, demanda Valéros.

– Pas dans la clairière. Vous savez, je ne sors plus de la clairière maintenant… Je vis avec mes douze chats… mes fleurs…

– Il est joli votre jardin, félicita Aëdine.

– Je n’attend plus qu’un dernier combat à la hauteur de ce que je suis, pour pouvoir mourir heureux, glissa Krush.

– Et ça vous dirait de nous accompagner ?

– Non.

La réponse sèche contredisait l’envie qu’il avait pourtant exprimé.

– Ça, c’est fait, murmura Aëdine.

– Qui va s’occuper de mes chats, ironisa Krush. Vous ?

Tous marmonnèrent, puis un silence plomba davantage l’atmosphère.

– Et pour Félindra, je ne sais vraiment pas où elle est, reprit Krush. Elle est en vadrouille. Ce n’est pas que je ne veux pas vous le dire, mais je ne le sais vraiment pas.

Les héros observèrent les alentours. Pour tous, le calcul était vite fait. Il n’y avait que deux chaumières dans la Clairière des Héros, alors que les héros en question étaient au nombre de quatre. L’un d’eux était le baron et il habitait le château.

– Le nain vit avec vous, demanda Valéros.

– Le nain ne vit pas avec nous.

– Ah bon ?

– Il est prêtre. Il se déplace sans cesse. Il évangélise.

– La deuxième maison est celle de Félindra, demanda Aëdine.

– Tout à fait.

Aëdine s’avança vers la maison de Félindra.

– Mais pourquoi vous voulez aller dans la maison de Félindra.

Aëdine s’arrêta.

– Je vous ai dit qu’elle n’est pas là, s’énerva Krush. C’est qu’elle n’est pas là ! Vous ne me faîtes pas confiance ?

– Non, non, bredouilla Aëdine. C’est pas ça, mais…

– Donc vous ne faîtes pas confiance, insista rageusement Krush.

– En même temps, vous n’avez pas vu la clé disparaître, se permit Aëdine.

– Si, si on vous fait confiance, coupa Valéros. Et là on va y aller.

– Je pense que vous devriez écouter votre compagnon, conseilla Krush.

Valéros se pencha vers Aëdine et lui murmura à l’oreille.

– Voilà, tu nous l’as énervé maintenant. On y va car j’aimerais bien que son dernier combat ce ne soit pas maintenant.

– Enfin surtout pas contre toi, corrigea Nick.

Les aventuriers dirent au revoir à Krush, sauf Aëdine qui restait refroidie par l’accueil et le comportement de Krush. Ils amorcèrent tous une marche pour sortir de la clairière.

À peine franchi l’orée des bois, les jeunes gens se regroupèrent à l’abri des regards et se concertèrent en murmures.

– Ok. Qu’est qu’on fait, commença Valéros.

– Moi, très franchement, je trouve ça super louche, répondit Nick. Après, lui, je ne sais pas.

– C’est difficile à dire avec un orc. Déjà parce qu’ils sont grognons.

– Oui, d’accord, ironisa Aëdine. Il n’a pas vu la clé disparaître… Il ne veut pas que je m’approche de la maison de Félindra.

– Il ne sait pas où elle est, indiqua Nick. Au minimum, il se contrefiche même de savoir qui fait quoi et où est qui.

– Il se moque de savoir que le nain n’est pas encore arrivé, alors qu’il aurait déjà du être là.

– Et ça se trouve, il y a quelqu’un enfermé dans la chaumière, intervint Anastasia.

– T’en penses quoi, demanda Nick à Valéros.

Le rodeur se contenta de hausser les épaules.

– Alors on fait quoi, insista Nick.

– On a qu’à rester là et tenter d’entrer dans la seconde chaumière, proposa Anastasia.

– On a quand même des gobelins en vadrouille et un enfant enlevé, rappela Valéros.

– Oui, c’est vrai, ajouta Aëdine.

– On retourne au village. Et depuis le trou, on cherche des traces de gobelins, proposa Valéros.

Tous acquiescèrent et le groupe repartit par le sentier à travers la forêt. Ils atteignirent les limites du village et le tunnel creusé la veille par les assaillants quand le soleil fut au zénith.

Ils posèrent leurs affaires en tas, se restaurèrent un peu, prenant cette courte pose avec plaisir. Mais rapidement les aventuriers se remirent à la tâche. Ils se répartirent la zone et chacun examina la terre, les végétaux, les alentours…

Plein de traces de petits pas. Dans tous les sens, frénétiques. Puis les traces se dirigeaient vers le sud, autant vers le sud-ouest que vers le sud-est.

– Les gobelins sont aussi partis avec des vaches, non, demanda Valéros. Et je ne vois pas de trace de sabots. Allons voir le paysan qui les a perdues.

Après avoir traversé le village, ils parcoururent les enclos et leurs alentours proches. Ils virent le même genre de traces de pas, supplantées parfois par des marques de sabots, toutes allants vers le sud, tout autant vers le sud-est que le sud-ouest. Face à un tel constat, ils se concertèrent à nouveau et prirent le choix de marcher à travers bois, vers le sud.

Aêdine rappela l’existence d’une vieille tour de guêt et elle pointa un pinacle qui dépassait de la canopée. Elle était connue pour être hantée, et donc abandonnée. Il était donc possible que les gobelins l’avaient pris comme refuge.

Ils s’en allèrent donc d’un pas décidé à travers la forêt. Ils maintinrent autant que possible leur direction vers la vieille tour, maintenant invisible, grâce aux quelques rayons de soleil qui perçaient le feuillage. Ils se retrouvèrent ainsi à zigzaguer entre les troncs, les souches et les trous de terrier.

Les bouches étaient closes mais les oreilles restaient grandes ouvertes. Puis les sens s’aiguisèrent quand le jour déclina, quand la pénombre envahit la forêt, quand la faune se tut et que plus une brise faisait bruisser les feuilles.

La tour n’était toujours pas en vue, alors que les estomacs commençaient à crier famine et les muscles à se plaindre. Chacun compris qu’ils avaient été présomptueux de partir aussi soudainement, sans vivres et sans couchage, et que traverser la forêt prenait bien plus de temps qu’ils ne l’avaient cru. Valéros proposa de rejoindre la route principale et Nick se demanda encore combien d’heures de marche jusqu’à celle-ci. Aëdine estima, qu’avec un tel terrain, ils devaient être à quatre heure de marche de la route, mais aussi à quatre heures de la tour. Autant poursuivre.

Le groupe alluma des torches, sauf Nick qui possédait la vision nocturne. Le nain se plaça dès lors quelques mètres en avant du groupe, afin de prévenir du danger, mais surtout ne pas altérer sa bonne vue.

– La prochaine fois, murmura Valéros, quand je dis quelque chose, ne m’écoutez pas.

Après deux heures de marches, Nick aperçut des feux mobiles. Il distingua un groupe informe d’individus, levant des torches devant eux. Sans pouvoir en connaître le nombre, il les voyaient venir vers lui, sans crainte et indisciplinés. Il fit rapidement demi-tour et avertit ses compagnons. Il leur demanda d’éteindre leurs torches et de rester discrets, mais Valéros se contenta de l’abaisser au ras du sol. Ils restèrent groupés et avancèrent doucement à l’abri des troncs. Puis ils s’arrêtèrent et patientèrent que ces individus s’approchent davantage.

Les ombres et les visages se détachèrent, se détaillèrent, s’illuminèrent grâce aux flammes de leurs torches. C’étaient quatre humains, des hommes pour être précis. Leurs voix portaient la langue commune des humains et s’invectivaient sans discrétion et sans peine.

Doucement, Valéros relèva sa torche.

– Holà, héla-t-il.

Aëdine mit délicatement sa main sur le fourreau de sa dague.

– Holà, répondit un homme. Qui va là ?

– On vient de Clairval. Et on va à la tour, fit Aëdine.

– Vous allez à la vieille tour ?

– Oui, répondit Valéros.

– La vieille tour abandonnée ?

– Oui, s’agaça, Nick.

– Chercher des trésors ?

Doucement, sûrement, les inconnus s’approchaient des jeunes aventuriers. L’instinct aiguisé des apprentis héros, façonnés par les héros d’antan, leur périple de quelques années et leurs rencontres dans les divers auberges, ruelles et sentiers, cet instinct leur rappelait qu’ils s’agissaient de quatre humains, qu’ils avaient tous une forte corpulence, qu’ils portaient déjà à la main des manches en bois, dont les héros ne pouvaient voir ce qui en terminait l’extrémité. Toutefois leur raison précisa qu’ils gardaient ces manches pendants contre leurs jambes, dans l’attente. Par sécurité sûrement.

– Non, non, corrigea Valéros. On ne cherche pas de trésors. Des gobelins ont attaqué notre village et ont enlevé un enfant. On essaye de les retrouver.

– Des gobelins, vous dîtes, rumina celui qui semblait être le chef.

– Ouais, lâcha Valéros, stressé d’en découdre avec ces personnages.

– Bah, écoutez, nous, en coupant nos arbres, on en a vu aucun.

– Oh des bucherons, murmura Aëdine

L’un d’eux s’approcha davantage et ramena une hache sur son épaule.

– Et vous n’avez vu aucun mouvement, interrogea Valéros. Rien du tout ? D’où est-ce que vous venez ?

– Absolument rien, mon brave.

– Et vous étiez à la tour, insista Valéros.

– Nous venez d’au-delà de la tour.

– Et vous allez où, s’enquit Aëdine, souriante et détendue. Le village est à quatre heures de marche.

– Vous savez, tout comme les pêcheurs qui vont en haute mer, nous allons en haute forêt.

Le groupe de bucherons s’esclaffa, emportant Aëdine dans leur hilarité.

– Et nous n’avons donc rien vu, ni en haute forêt, ni à la tour.

– Et donc vous en revenez de la tour, reprit Aëdine.

– Oh oui, vous connaissez les superstitions à propos de cette tour. On la dit hantée. Vous savez très bien puisque vous habitez la région. Mais y’a jamais rien eu de plus qu’hantée. Donc pour nous, il n’y a rien eu d’inhabituel.

– D’accord.

– Mais bon, nous allions installer notre campement. Si vous le voulez, venez donc partager notre repas, vous restaurer et vous reposer. Autant rester groupés.

– Oui, l’union fait la force, admit Valéros.

– Surtout dans ces contrées, ajouta le chef des bucherons.

– Oui, c’est vrai, lança Aëdine. Surtout que nous n’avons pas emmené de vivres.

– Ce n’est pas un souci.

Valéros se tourna vers ses amis.

– Alors ?

– Mouais, bougonna Nick.

– Oui, s’extasia Anastasia.

– Avec plaisir, confirma Aëdine.

Nos quatre aventuriers suivirent le groupe de bucherons sur quelques dizaines de mètres, jusqu’à une large trouée au milieu des arbres. L’installation du camp fut sommaire et chacun, héros compris, sut trouver une tâche à accomplir. Naquirent en pleine forêt un cercle de pierre, un feu en son centre, quelques couvertures au sol et rapidement une première broche qui tourna au-dessus du feu, cuisant la chair de quelques petits mammifères. La soirée fut chaleureuse, pleine d’échanges et de rires. Quiconque voyant ces hommes et ces femmes ainsi autour du foyer n’aurait pu deviner qu’une heure plus tôt un mot de travers aurait fait parler l’acier et couler le sang.

Après une bonne nuit de repos, dans le calme et la sérénité, les jeunes aventuriers retrouvèrent leur vitalité, leur aisance et leur vivacité.

Le soleil baignait déjà la forêt, passant ainsi de la nuit au jour sans l’aube d’un ciel dégagé de toute canopée. Bien avant que la flore sylvestre ne s’éveilla et ne s’exprima, les bucherons étaient déjà debout, sifflotant devant une décoction liquide qui fumait au-dessus du feu. Les bonjours silencieux ou laiteux furent les premiers mots des aventuriers. Puis chacun but du breuvage vivifiant comme une bénédiction.

Puis vint le temps pour chacun de reprendre son chemin. Le chef des bucherons leur indiqua la direction vers la tour, précisant qu’il leur restait encore deux bonnes heures de marche à travers la forêt. Il leur rappela aussi qu’ils n’avaient donc rien vu la veille. Ni gobelin, ni enfant.

– Et vous n’avez pas vu de traces de vache, demanda Aëdine.

– Oui, parce qu’ils ont aussi volé deux vaches, précisa Valéros.

– Non, répondit le chef, se retenant de rire.

Les héros quittèrent ainsi les bucherons et s’en allèrent à la tour. Comme convenu, malgré la marche forcée, ce ne fut que deux heures plus tard qu’ils découvrirent la base de la vieille tour de garde.

C’était une vieille tour décrépite, qui culminait à une vingtaine de mètres, dominant une colline pelée. Si haut perché, son chemin de ronde devait surplomber la canopée, offrant ainsi une vision lointaine sur les alentours. Mais depuis aussi longtemps qu’ils pouvaient s’en souvenir, les aventuriers natifs de la région ne l’avaient toujours connue qu’ainsi: seule, peu entretenue et sans utilité dans cette région boisée et peu encline au conflit. Malgré son âge, elle tenait encore debout, et même plutôt bien.

La rumeur la disait hantée, mais jamais cela n’avait été prouvé, bien que la rumeur fut maintes fois éprouvé par des cœurs vaillants ou des esprits logiques. L’origine de sa malédiction se transmettait de génération en génération, comme si c’était la seule histoire commune à connaître. Si le grand-père du grand-père du grand-père racontait déjà cette tragédie, alors il fallait donc remonter bien avant la construction même de la tour de guet pour fixer le début de sa hantise.

Pour rajouter au folklore, il n’y a pas une malédiction. Mais des malédictions. Au moins autant que de villages, presque autant que de familles. Il y avait l’histoire de la princesse laide et repoussante qui maudissait le prince local; le troll des bois, dernier de sa tribu, chassé par les seigneurs locaux jusqu’au dernier sang; la sorcière gobeline aussi attirante qu’une elfe, aussi aimante qu’une naine, aussi jalouse qu’une satyre, aussi dérangé qu’un feu-follet. Tant d’autres tragédies théâtralisées aidaient à perpétuer la tradition d’une tour de guet hantée, mais n’apportait aucune autre vérité que sa présence.

Arrivés au pied de la tour, ils s’arrêtèrent devant l’entrée. Anastasia distingua un colimaçon qui montait. Aucune activité ne se fit entendre et, pour le peu qu’ils voyaient depuis l’extérieur, personne ne s’était installé dedans récemment. Ils firent le tour de la construction, examinant les murs maçonnés avec de la lourde pierre, le sol couvert d’herbe folle et les rares sentiers aux ornières boueuses. Revenus devant l’entrée, ils se concertèrent. Aucun détritus, aucune trace, aucun bruit, rien ne laissait présager la venue et encore moins l’installation d’une tribu d’êtres vivants autour ou dans cette tour.

Ils décidèrent de rentrer à l’intérieur, faisant fi et face à toute malédiction. Mais rien ne se passa.

– Ouais, c’est parce qu’il fait jour, fit Valéros.

– Ou que ta trogne fait aussi peur aux fantômes qu’aux donzelles, rétorqua Nick.

Ils gravirent les premières marches du colimaçon.

– Je vous attend ici, fit Anastasia. J’ai le vertige.

– N’aie pas peur, fit Aëdine.

– Je préfère les fantômes à ces hauteurs.

– Soit, fit Valéros.

Les trois courageux gravirent les marches une à une, avec circonspection. Mais elles furent plus solides que leur apparence laissait présager. À travers les créneaux, ils virent la canopée de la forêt. Puis au nord une trouée et le faîte du château signalaient le village de Clairval. Au nord-ouest, une falaise déchiquetée surplombait la forêt. Au milieu de la forêt, un peu à l’ouest, une ligne creuse correspondait à la route principale qui allait du village, au nord, jusqu’à une fumée intense de cheminée, au sud, à l’endroit même où devait se trouver l’Auberge du Vieux Pont. Enfin, à cette fumée, la ligne de la route principale croisait une autre ligne creuse, la rivière.

De là-haut, les auspices n’étaient pas plus généreux et les indices vers les gobelins ne se révélaient pas davantage. Ils redescendirent, rejoignant Anastasia.

– Je pense qu’on devrait remonter vers le village, proposa Valéros. Maintenant la route principale est plus proche et il nous fera gagner du temps, plutôt que de remonter à travers la forêt. Comme des idiots.

Tous acquiescèrent et prirent le premier sentier vers l’ouest. Il leur fallut toutefois quatre heures de marche, et tout cela sans ennui et sans rencontre pour atteindre la route principale. Quand ils arrivèrent au croisement, Aëdine s’arrêta sèchement, tourna sur elle-même, puis s’arrêta à nouveau vers l’ouest, fixant la forêt.

– Un souci, s’enquit Nick.

– Je crois me souvenir qu’un vieux moulin à eau, en ruines, se trouve à quelques mètres d’ici.

– Autant allez voir, proposa Valéros. On ne sait jamais. C’est loin ?

– Cinq à dix minutes d’ici, informa Aëdine.

– Oui, si c’est cinq à dix minutes, ce serait dommage de ne pas vérifier.

– C’est pas très loin et ça reste au sud du village, ajouta Aëdine.

– Ok, je suis partant aussi, fit Nick.

Ils marchèrent d’un pas sûr, à nouveau dans le cœur de la forêt, sur quelques dizaines de mètre, ce qui fut effectivement une courte distance jusqu’aux ruines du moulin à eau, déjà visible à travers la végétation. Ils s’arrêtèrent dès les premiers murs dans leur champ de vision. Valéros sortit son épée et partit seul en éclaireur, restant aussi discret que possible, maintenant une marche lente et silencieuse.

Le bois se clairsemait et laissait voir les murs effondrés et quelques poutres noircies. Valéros entendait aussi le clapotis d’une rivière. Et un beuglement de vache. Valéros fit signe discrètement à ses compagnons de se rapprocher, tout en restant à couvert. Tous se retrouvèrent ainsi à l’orée des bois, ouvrant grands leurs yeux et leurs oreilles, à l’affut du moindre indice qui les mènerait vers ces gobelins tant recherchés, ou qui les préviendrait d’un guet-apens certain.

Quelques grommellements et borborygmes leur parvenaient. Le crépitement d’un feu se démarqua faiblement. Un tintement métallique perça. Puis des créatures à peaux vertes apparurent à travers les trous dans les murs.

Les aventuriers se décalèrent un peu pour mieux voir le camp ennemi.

Il y avait bien des gobelins installés dans les ruines du moulin. Et les vaches qui meuglaient confirmaient que les héros étaient sur la bonne piste. Mais à bien y regarder, ces ennemis ressemblaient de loin aux pillards qu’ils avaient vu dans le village. Tout juste un ramassis de créatures pitoyables vêtues d’oripeaux. Rien à voir avec un groupe de guerriers couverts de cuirs bouillis et armés d’épées luisantes. Des enfants, voire des nourrissons geignaient à manger auprès de femelles fatiguées. D’autres adultes dormaient à même le sol. Pour seuls possessions, quelques maigres ballots s’entassaient entre eux.

À l’écart du camp de fortune, une sentinelle s’appuyait sur une lance rouillée. Il gardait deux vaches attachées à un arbre. Contre l’un des mur, Valéros vit la troisième vache. Du moins sa tête fixée au mur, coulant et gouttant de sang sur les dernières briques empilées. D’autres sentinelles, piétinants, avachies ou assises, encerclaient le camp de réfugiés.

Après un rapide décompte, il y a douze mâles, donc douze menaces certaines. Douze menaces épuisées, molles et mal équipées.

Quelques gestes, peu de murmures, et les aventuriers établirent un plan d’attaque.

Valéros et Aëdine bandèrent leurs arcs, ciblèrent deux sentinelles, tirèrent en même temps, surprenant les gobelins. Mais ils n’arrivèrent qu’à les blesser, ce qui alerta les autres congénères. Une dizaine d’autres mâles vinrent au secours des sentinelles et les ramenèrent avec eux, derrière les murets. Aëdine et Valéros tirèrent à nouveau, sans pouvoir finir les sentinelles.

Anastasia se mit à chanter pour donner de la force à ses compagnons, pendant que les gobelins se divisaient pour approcher la forêt. Deux arrivèrent rapidement, le reste suivit plus lentement.

Aëdine et Valéros ciblèrent toujours à l’arc le plus proche ennemi. Cependant les flèches lui sifflèrent autour. Puis les quatre héros saisirent épées et bâton et s’avancèrent épées en ligne. Au milieu des ruines, les premiers gobelins blessés restaient au sol, incapables de combattre.

Anastasia pris l’initiative et tua le premier ennemi. Le second gobelin voulut venger la mort de son compagnon, et frappa Anastasia avec une masse, lui infligeant une blessure. Puis Aëdine lui répondit et le blessa, pendant que Nick planta son épée en plein cœur. Valéros eut le temps de rebander son arc et tira sur la deuxième vague, malgré son épée en main, et blessa un ennemi.

Anastasia se porta à la rencontre du blessé et le finit. Arrivant en meute, les gobelins se répartirent sur Anastasia, Nick et Valéros, laissant Aëdine libre. Le premier lança son attaque mais manqua Valéros de peu, quand le second le blessa fortement. Deux autres peaux-vertes manquèrent leurs attaques sur Nick, qui esquiva l’estoc d’un troisième. Les deux derniers ne purent toucher Anastasia. Puis Aëdine rata sa cible, au point de se blesser toute seule, pendant que Nick ajoutait une nouvelle vie à son tableau de chasse. Et Valéros manqua encore une occasion.

Une nouvelle passe d’armes se déroula, avec Anastasia qui n’atteignit aucune peau verte. Les gobelins saisirent leur chance, mais manquèrent la frêle Anastasia et Nick le nain, au point que l’un d’eux trébucha et se tua tout seul. Toutefois Valéros eut moins de chance, recevant une autre blessure importante. Mais son Instinct de survie le maintint debout. Alors Aëdine répliqua et blessa sérieusement un gobelin, pendant que Nick se farcit un ennemi concentré sur un Valéros faible.

Finalement, la dernière sentinelle encore debout s’enfuit dans la forêt, abandonnant un Valéros abasourdi par cette opportunité de frapper qui s’évanouissait. À tel point, que le rodeur se mit à le pourchasser, en vain.

Au milieu des ruines, les femmes et les enfants restèrent immobiles, certains regards inquiets, d’autres soulagés. Au milieu, un vieux mâle, portant des colliers de fétiches, restait impassible, attentiste. Valéros, n’ayant plus d’ennemi à portée, et n’en n’ayant pas eu à sa portée, courut vers le chef, poursuivi par ses compagnons de route.

Alors que les héros s’approchèrent, celui qui semblait être le chef de la tribu se leva soudainement et se protégea de ses bras.

– Gentils nous, éructa-t-il. Pas prendre petit’homme. Méchants gob’ prendre dans village petit’homme. Eux partis pour faire présent à nouveau chef, Crâne-creux. Nouveau chef méchant. Crâne-creux chassé nous de maisons.

– Et Crâne-creux gobelin ou de notre race, demanda Nick.

– Crâne-creux méchant. Crâne-creux gobelin.

Aëdine posa sa main sur les bras du chef et les lui fit baisser avec douceur, pendant que Valéros fulminait de frustration.

– Et où est Crâne Creux, demanda Aëdine.

– Dos à lumière ! Dos à lumière ! Trouver grand mur et suivre dos à lumière. Un jour de marche.

Nick se tourna vers ses amis et désigna le soleil.

– Donc on a la lumière. Il faut partir dos à la lumière, donc plein nord.

Aëdine hésita.

– Si je comprends bien, ajouta Nick.

– Ouais, mais ça dépend, insista Aëdine. Le matin ? le midi ? le soir ?

– Dans tous les cas de figure, c’est toujours au nord, insista Nick.

Valéros désigna le nord à l’intention du chef.

– Là-bas ?

– Dos à lumière, insista le chef.

Valéros pointa le sud.

– Dos à lumière, répêta le chef, jetant le trouble dans les esprits.

– Et le grand mur, c’est la falaise, expliqua Nick. Donc depuis la falaise, remonter dos à la lumière, vers le nord.

Aëdine dévisagea le chef.

– Tu peux répéter ton…

– Dos à lumière, trouver grand mur.

– La falaise est au nord-ouest, précisa Nick.

– Dos à lumière, trouver grand mur et suivre dos à lumière un jour de marche.

– Vous le trouvez affolé, demanda Valéros en pointant un doigt vers le chef.

– Si ça te chante tu peux le trucider, osa Nick.

– Oh non, trop nul, fit Valéros désemparé. Aucun plaisir.

– Bon ben, il ne nous reste plus qu’à remonter vers la falaise, lança Nick. Mais en attendant, on peut peut-être se reposer au milieu des ruines.

– Parmi ceux qu’on n’a pas trucidé, indiqua Valéros. Je suis pas sûr que ça leur chante.

– Le chef a dit que les autres étaient des méchants.

– Oui, mais de son village quand même. Ils étaient aussi clodos que lui.

– Et les vaches au fait !

– Eh oui ? Les vaches, ils les ont eu comment, demanda Aëdine.

Valéros s’approcha du chef et l’agressa de sa forte voix.

– Ouais les vaches ? Les « meuhmeuh » ?

– Vous les avez volées, demanda Aëdine, plus calmement.

– Euh vaches… village…

– Oui, on va les ramener au village, dit Aëdine.

– Euh vaches… nous faims.

Les héros n’avaient plus de patience, encore envahis par l’adrénaline du combat, et firent abstraction de tout tact ou bonté. Ils reprirent les vaches sans que les gobelins résistent, puis repartirent au village, reprenant le route principale. Anastasia et Valéros en profitèrent pour boire depuis leurs fioles de vie.

Ils arrivèrent en pleine nuit au village après une marche tranquille. Les sentinelles les reconnurent de suite, leur ouvrirent les portes et les aventuriers furent accueillis par le vieux baron Rodrigue de Haute-Pierre.

– Merci d’avoir ramener ces bestiaux.

Il les examina, puis se tourna vers les jeunes héros.

– Mais qu’en est-il de l’enfant ?

– On a appris que ce sont d’autres gobelins qui ont enlevé l’enfant, expliqua Valéros. Ils seraient du côté des falaises. Donc on va y aller demain.

– Du côté des falaises…

– Vous connaissez ce coin-là, demanda Nick. Et ce qui risque de nous attendre ?

– Bien sûr, lâcha le baron.

– Comment il s’appelle… euh… le méchant gobelin, interrogea Aëdine.

– Crâne-creux, rappela Nick.

– Vous connaissez Crâne-creux, demanda Aëdine au vieil homme.

– Je ne crois pas qu’il connaisse tous les gobelins du coin un par un, ironisa Valéros, comme pour mieux excuser la question d’Aëdine.

– Non, effectivement, fit le baron en souriant.

– Je ne sais pas, s’excusa Aëdine. Vous auriez peut-être pu entendre parler d’un nom comme ça…

– Crâne-creux, moi ça ne me dit rien, répondit le vieil homme malgré tout. Mais la seule tribu de pilleurs gobelins que je connaisse c’est la tribu des Knocks-Knocks. Et c’est eux qui vivaient tranquillement dans les collines au nord-ouest de Clairval.

– Où exactement, se permit Aëdine.

– Au nord-ouest, la falaise, lâcha Nick.

– Et c’est pour ça que je vous avais dit qu’ils n’étaient jamais venus nous ennuyer au village, rappela le baron. Mais Crâne-creux, ça ne me dit rien. Par contre si vous allez vers la falaise, c’est là que vous trouver la carrière, avec la maison de Karoom. Entre autres.

– Il n’habitait pas à la clairière avec les autres, demanda Nick.

– Non, il habitait près la carrière qui lui servait à construire son temple.

– Vous pouvez nous faire une carte du village des Knocks-Knocks, demanda Aëdine.

– Bah non, je ne peux pas vous en dire ou montrer plus. Je ne sais pas.

Les héros décidèrent de dormir dans le village. Le baron, en entendant ça, leur offrit le gîte et le couvert.

A l’aube, les jeunes héros se préparèrent, puis se regroupèrent, prêts à partir aux falaises par la route principale. Ils arrivèrent à la carrière trois heures plus tard. La première chose qu’ils virent fut la maison de Karoom, au bord de l’excavation réalisée par le nain, seul, pendant trente ans. Les jeunes gens ne purent que tomber en respect devant ce qui pouvait finalement être appelé un ouvrage, rappelant sur le fait que le peuple nain était reconnu dans le monde entier pour ses souterrains rocheux.

Soudain la porte de la maison de Karoom s’ouvrit. Apparut une elfe séduisante, avec un petit dragonnet rouge sur son épaule.

– Si vous cherchez maître Karoom, il n’est pas là, fit-elle d’une voix mélodieuse.

Il s’agissait de Maëla, la magicienne qui avait participé avec les autres anciens héros au sauvetage des enfants, trente ans plus tôt. Elle les examina un par un.

– Par le plus grand des hasards, vous ne connaîtriez pas un superbe chevalier elfe, porteur d’un gant de lumière ?

– Non, mais on n’est pas Mythic, le druide des crève-cœurs.

– Parce que je fais des rêves étranges, et j’étais venu consulter mon ami à ce sujet. Mais c’est vous que je trouve. Le destin aurait pu vous placer sur ma route dans un but précis. Il semble que ce ne soit pas le cas, même s’il est encore trop tôt pour se prononcer.

– Et vous, vous n’auriez pas vu des gobelins dans le coin, demanda gentiment Aëdine. Ils seraient avec un enfant.

Face à Maëla qui restait silencieuse, Valéros raconta leur escapade, depuis leur retour au village jusqu’à leur arrivée devant elle.

– Je suis désolé d’apprendre tout ça, chanta l’elfe, mais je pense que vous êtes maintenant assez âgés vous débrouiller seuls. Je suis désolé de manquer de temps pour une conversation cordiale, mais je dois vraiment partir immédiatement. Il y a des choses plus importantes qui requirent mon attention.

Elle leva une main et commença une incantation, puis s’interrompit rapidement.

– Une dernière chose. Il est inutile de pénétrer dans la maison de Karoom. Car elle est protégée par un sort de téléportation lointaine. Vous pourriez vous retrouver à l’autre bout du monde en un clin d’œil.

Puis elle reprit aussitôt son incantation et disparut en un clin d’œil.

Les jeunes gens ne furent pas surpris par cette magie et s’avancèrent dans la carrière. Elle était divisée en deux lots, avec d’un côté des murs de pierre blanche de très belle qualité, et de l’autre des parois de pierre presque noire plus fragile et classique. Voilà ce qui avait décidé Karoom à s’installer ici. Au fond, se dressaient donc les falaises qu’ils avaient vues depuis la tour de guet, sûrement les mêmes qu’avait cité le chef tribal gobelin.

Il était donc la mi-journée lorsqu’ils amorcèrent une marche vers le nord, à travers la forêt, longeant les hautes falaises qui les surplombaient.

– Il va falloir penser à trouver un endroit où se reposer pour la nuit, lança Aëdine.

– On se rapproche de notre objectif, répliqua Nick. Pas besoin.

– Le gobelin nous a dit une journée de marche. Et nous n’en sommes qu’à la mi-journée.

– Peu importe, coupa Valéros. Il va bien y avoir des grottes dans ces falaises.

– Je pense la même chose, ajouta Nick.

La progression s’avéra encore facile, grâce à un sentier naturel qui séparait la falaise de la forêt, où les obstacles et les éboulements restaient rares. De plus, la forêt n’était pas si dense et si sombre qu’ils le craignaient, et ils pouvaient parfois apercevoir des cervidés. Mais la fin de journée s’amorçait et ils ne trouvaient toujours pas de village ou de camp ennemi. Valéros râlait de toute cette marche, tandis que Nick se plaignait du manque d’action.

Quand un gobelours surgit derrière eux, comme s’il avait sauté de la falaise, et rugit de haine. Le gobelin géant et massif se jeta sur les héros, levant haut sa masse cloutée. Les aventuriers, présentant épées et bâton, n’eurent pas d’autre choix que de combattre en mêlée ce monstre verdâtre, armé, caparaçonné, décidé.

– Anastasia, appela Nick. Reste derrière nous !

Anastasia obéît et entonna son chant de courage.

Aëdine put frapper la première et blessa sérieusement un des membres de la créature, pendant que Nick infligeait une estafilade. Mais le gobelours balança son bras prolongé par la masse et envoya valdinguer Nick contre la falaise, qui ne fut plus qu’un corps inerte. Valéros profita du mouvement ample pour entailler sérieusement le dos du monstre.

La seconde passe d’armes voit Anastasia se mêler au combat, mais ne put toucher la moindre peau. Aëdine n’en fit pas plus. Puis elle vit le regard du gobelours la fixer, la désignant comme la prochaine cible.

Mais un nouveau rugissement arriva de la forêt, une autre créature se jeta dans la mêlée, une seconde masse cloutée s’abattit sur le groupe de combattant, et une dernière victime s’affala dans le râle et le sang.

Krush, le semi-orc, se redressa, haletant et rageur, son regard sur le cadavre du gobelours emprisonnant dans son entièreté la tête d’une masse. Il arracha son arme contondante, puis dévisagea chacun des jeunes aventuriers.

– Merci, murmura Valéros.

– Heureusement que je vous ai suivis, informa Krush.

– Ah parce que vous nous suiviez, s’étonna Aëdine.

– Depuis trois jours, demanda Nick.

Valéros, estomaqué, resta muet.

– Et vous allez vous plaindre, lâcha Krush, avec le ton inhospitalier qui le singularisait.

– Non, non, merci beaucoup, marmonna Aëdine, penaude.

– Pas du tout, fit plus franchement Valéros.

Derrière le nain se mit à gémir. Ses compagnons vinrent à lui et Aëdine parvint à le remettre sur pied. À peine redressé, assis contre la falaise, Nick consomma une gorgée de sa fiole de vie.

– Comment ça se fait que vous avez quitté votre clairière, demanda Valéros.

– Parce que je suis allez voir le baron, qui lui m’a expliquée.

– Vous expliquez quoi de plus que ce que nous vous avions dit, répliqua Aëdine.

– Les vaches, que vous avez ramenées.

– Mais on n’aurait pas pu vous en parlez, on ne les avait pas encore ramené, expliqua Valéros.

Krush dévisagea Valéros, pensif.

– Il est vrai.

Les héros se regardèrent les uns les autres.

– Nous ferez-vous l’honneur de passer la nuit avec nous, de poursuivre cette journée en notre compagnie, invita Valéros.

– Passez la nuit avec vous, fit le mi-homme, sévère.

– Oui, accepteriez-vous de rester avec nous, à moins que vous souhaitiez déjà repartir.

– Vous cherchez quoi exactement ici ?

– L’enfant qui a été enlevé, rappela Valéros.

– Et qui serait dans le village des Knock-Knocks, ajouta Nick en se relevant.

– Il est fort probable qu’il soit là-bas, précisa Aëdine.

– En tout cas, nous l’espérons, murmura Valéros.

– Quand on a récupéré les vaches, les gobelins sur place nous ont parlés du méchant Crâne-creux, fit Aëdine.

– Apparemment, il y a eu un prise de pouvoir chez les gobelins par un nouveau chef, qui a chassé certains de ses congénères, et qui serait responsable de l’enlèvement de l’enfant, informa Valéros.

– Et l’enfant serait vers les falaises, demanda Krush.

– C’est ce que le chef désavoué nous a dit, répondit Valéros. En remontant les falaises pendant une journée de marche.

– Il n’y a pas de camp Knock-knock à une journée de marche, informa Krush. La seule chose que je vois à une heure encore d’ici, c’est une entrée dans la falaise. Découverte par Karoom. Et qu’il a bouché avec un rocher. Mais c’est la seule chose aussi loin vers le nord.

– Est-ce que les gobelins auraient pu s’en emparer pour établir leur refuge, demanda Valéros.

– Tout est possible avec eux.

– Bah je propose que nous y allions, proposa Valéros à ses amis.

Ils acquiescèrent.

– Je veux bien vous accompagner, fit Krush.

Tous furent surpris.

– Ah bah, cool, lâcha Aëdine, ravie.

– Votre aide et celle de votre massue nous seront précieuses, fit un Valéros cérémonial.

– Ce que notre ami veux dire, coupa Nick, c’est enfin un vrai guerrier parmi nous.

Les femmes éclatèrent de rire pendant que Valéros marmonnait.

– Je verrais, précisa Krush. Je vous accompagne jusqu’à l’ouverture.

– D’accord, se contenta Valéros. Mettons-nous en marche. Nick, tu emmènes ton bas-relief incrusté dans la falaise ?

– Ah ah ah, força le nain.

Krush pris la tête de la marche, sautillant le long des pierres noires. Le groupe progressa en silence, à l’affut de la moindre menace. De temps en temps, l’un d’eux examinait le surplomb de la falaise.

Quand Krush arriva à un gros rocher, il sauta dessus, puis il se redressa fièrement. Il fixa les héros, d’un regard impatient, le temps qu’ils le rejoignaient. Les jeunes gens virent alors une faille fissurer la paroi, puis, derrière le rocher, une entrée naturelle assez haute et large pour laisser passer une forte créature. Mais ainsi bouchée par ce rocher de pierre noire et lisse, seule une frêle créature pouvait passer.

Krush désigna l’entrée, tout en regardant les héros, tel un chef d’armée.

– Maintenant à vous de jouer.

Et d’un saut, il descendit et disparut dans la forêt.

Les héros restèrent bouche-bée devant tant d’audace et de désinvolture. Ils reprirent rapidement leurs esprits et examinèrent le rocher. Il était assez rond pour rouler. Ils durent toutefois associer leurs forces pour le dégager, car, malgré la force du nain, l’aide de tous fut nécessaire.

Les héros entrèrent dans la cavité, sans attendre, portant armes et torches en mains. Seul le nain, qui passa le premier, se contenta de sa bonne vision nocturne. La galerie naturelle laissait la place à un seul individu pour circuler, et le plafond se trouvait à quelques centimètres de la tête de Valéros. Ils s’enfoncèrent dans les ténèbres, descendant un sentier pentu. Puis rapidement, le tunnel s’élargit jusqu’à laisser le passage pour deux et culmina à dix mètres de haut.

L’avance se fit discrète et alerte. Après quelques mètres, ils arrivèrent à un carrefour naturel, avec une fissure sur la gauche, d’un pied de large, qu’aucun d’eux ne pouvait prendre. Le nain fronça des yeux et il sembla que ce nouveau passage se rétrécissait au fur et à mesure, se terminant en cul de sac après quelques mètres. Régulièrement, d’autres fissures apparurent, que le nain examina à chaque fois, ralentissant leur progression, et qu’à chaque fois ce ne fut qu’un cul de sac.

Après une trentaine de pas, ils tombèrent sur un éboulement de roche blanche qui bouchait le passage comme une immense colonne. Les gravas provenaient des parois d’une caverne. Pour poursuivre, les aventuriers devaient escalader cet éboulement soit par la gauche, soit par la droite, voyant la faille principale se poursuivre au-delà, dans les ténèbres.

Ils prirent par la gauche, se faufilant de profil en file indienne.

La progression fut difficile, mais ils retrouvèrent rapidement plus de liberté après quelques mètres. Ils se marchaient maintenant sur un petit escarpement, voyant plus bas un autre chemin. Et un peu plus loin, en équilibre sur le bord, un rocher attendait pour écrabouiller les malheureux qui auraient choisi l’autre passage.

Ils frôlèrent le rocher et poursuivirent leur chemin. Ils arrivèrent à un autre croisement. Sur leur gauche, un goulot amenait vers une autre grotte, et sur la droite, le passage s’élargissait et bifurquait, se transformant ainsi en petite cavité. Ils décidèrent de prendre le goulot et entrèrent dans la vaste grotte, dont la voute restait hors de vue.

Puis un bruissement d’ailes se fit entendre, un cri strident cingla les oreilles et des griffes s’abattirent. C’était une attaque surprise de trois striges. Ces monstruosités, un étrange croisement entre des moustiques géants et des chauve-souris, voletaient autour des aventuriers grâce à leurs quatre ailes, et tentaient de s’agripper aux humains en s’aidant de leurs quatre pattes barbelées. Leur principal attribut ne laissait aucun doute sur leur objectif: une trompe, longue et fine, faite pour sucer le sang de leur victime.

Deux striges tournoyaient autour de Nick, ne trouvant pas de prise sur le petit corps, pendant que la suivante se saisissait de Valéros, qui saigna rapidement.

Tous les héros sortirent des dagues, seules armes efficaces à si courtes distances. Quand deux autres créatures arrivèrent par derrière et attaquèrent les jeunes femmes. Anastasia abattit sa menace d’une estocade, qui s’effondra lamentablement au sol. Aëdine n’arriva même pas à toucher son ennemi, quand Nick en tua une autre. Les trois striges blessèrent légèrement Anastasia, manquèrent Nick et Valéros. Le rodeur ne fit pas mieux, laissant fuir une strige rassasiée.

La bardesse attaqua de nouveau, sans succès, la demi-elfe eut plus de chance en infligeant une estafilade, mais le nain manqua sa cible. Les deux dernières striges s’agrippèrent à Anastasia et Nick, goûtant le sang de chacun. Valéros tenta alors de sauver un de ses amis, quand sa lame dérapa sur le cuir d’une créature et blessa Nick

Enfin Anastasia enfonça suffisamment sa dague pour se débarrasser de sa strige, et Aëdine soulagea Nick du dernier volatile.

– Merci, fit Nick à Aëdine.

Puis il se tourna vers Valéros.

– Quant à toi, faut sérieusement revoir ta formation d’armes.

Vidée des néfastes occupantes, ils examinèrent la caverne, qui se poursuivait jusqu’à un boyau ténébreux, en hauteur, tout juste assez large pour un gobelin. Ils fouillèrent aussi, sans rien trouver. Valéros en profita pour boire une gorgée de potion de vie.

Ils pénétrèrent alors dans le boyau ténébreux, difficilement, et se retrouvèrent face à un nouvel éboulis, qu’ils escaladèrent. Devant eux, s’annonçait une autre caverne haute. Mais des crissements se firent entendre, comme des petits pieds qui courraient sur le sol gravillonné. Ils se retournèrent et des petits yeux brillants de malice s’approchaient, tout cerclés de fourrures brunes et sales. Trois rats géants déboulaient sur eux comme des chiens affamés.

Nick se plaça rapidement en avant, suivit par Aëdine. Anastasia enchanta de courage ses braves amis. Mais Valéros, encore meurtri, resta derrière. Aëdine embrocha un rat de son bâton, par sa gueule grande ouverte. Mais les deux autres s’entêtèrent dans leur course folle. L’un se fourvoya contre le mur, pendant que l’autre infligea un coup critique à Nick, qui s’effondra sur le sol. Puis le rodeur tenta de participer au combat. Toutefois ses faibles forces le desservir.

Anastasia débuta la seconde passe d’arme en tuant net un rongeur. Devant tant de faciliter à se faire massacrer, le dernier assaillant préféra fuir en courant.

Les trois aventuriers se penchèrent sur le corps inerte de Nick. Chacun prodigua son savoir médicinal, s’évertua à revigorer le nain, à partager son énergie de vie. Mais rien n’y fit. Seule l’affliction s’empara du groupe. Ils se devaient d’abandonner le cadavre d’un ami cher dans ces galeries sans lumière et poursuivre leur recherche. Après un rapide adieu, sincère, Valéros renâcla à fouiller les affaires d’un héros, mais il était obligé par le bon sens de récupérer bourse et fiole de vie.

Ils reprirent leur progression dans la galerie principale et tombèrent sur un nouveau carrefour. Sur leur gauche, la roche noire s’était effondrée, faisant apparaître un nouveau tunnel naturel. Sur la droite, un second tunnel s’offrait à eux. Droit devant, le boyau semblait se rétrécir définitivement.

À la seule lumière de sa torche, Valéros s’avança vers le tunnel de gauche, suivi par Aëdine et Anastasia, qui ne pouvaient qu’avancer en file indienne. Cependant, ce tunnel se referma après quelques dizaine de pas. Ils furent donc obliger de rebrousser chemin. Quand une masse brune, caparaçonnée et longiligne, sortit du sol gravillonné, les prenant à revers. La créature se dressa de ses trois mètres de haut sans toucher la voute rocheuse, battant déjà l’air de ses fines pattes insectoïdes. Tous reconnurent l’ankheg lorsqu’il fondit sur Anastasia et que ses énormes mandibules tranchantes tentaient de percer sa chair. Aëdine et Valéros, ne pouvant rien faire, se préparaient déjà à perdre un autre compagnon de route.

COankheg

Mais Anastasia porta le vrai premier coup, blessant la tête. Puis elle évita la première attaque, ce qui frustra la bestiole. Un jet d’acide fut propulsé dans l’air. Tous purent l’esquiver.

Pendant que Valéros lançait des petits cailloux pour énerver l’insecte géant, Anastasia lui coupa une mandibule dans une belle parade, et, dans son élan, para la seconde attaque. La bardesse, ruisselant de sueurs froides, maitrisa ses émotions et infligea cette fois un coup critique. La bestiole perdait du fluide jaunâtre quand elle se redressa, émettant un cri strident de rage. Elle fondit à nouveau sur Anastasia, qui roula au sol, se faufila sous le flanc et enfonça son épée tranchante au plus profond de la bête. Avec la même agilité, la bardesse glissa entre les pattes du monstre et se retrouva derrière lui, avant que son corps s’affale bruyamment sur le sol.

Aëdine, puis Valéros montèrent sur l’exosquelette sans vie du ankheg, rejoignirent Anastasia et la félicitèrent. Valéros l’aida à récupérer son épée enfouie dans la masse inerte. Puis ils revinrent tous les trois sur leur pas et prirent le tunnel en face. Après quelques mètres, ils découvrirent que ce boyau communiquait avec la caverne des striges, se retrouvant 5 mètres au-dessus. Ils poursuivirent leur chemin, alors que le boyau se rétrécissait au fur et à mesure. Le passage devint de moins en moins praticable, mais leur effort les amena dans une nouvelle grotte, d’où perça une petite voix.

– Va-t’en ! Va-t’en, sale bête !

C’était la voix d’un enfant humain, apeuré mais brave. Ils se faufilèrent par l’entrée de la grotte et ils virent deux bambins serrés l’un contre l’autre, un humain et un gobelin, très sales et hirsutes. Le gobelin était blessé, présentant une marque comme seule une strige en faisait. L’enfant humain semblait sain et sauf.

Valéros examina la grotte, à la recherche d’un quelconque ennemi. Finalement, il se rendit compte que les gamins les fixaient, apeurés.

– Je crois qu’ils t’ont pris pour une strige, souffla Aëdine.

– Vous n’avez pas à avoir peur, fit Valéros. Nous sommes-là pour te libérer, petit.

Le petit gobelin se réfugia derrière le petit garçon, se râpant le dos contre la paroi.

– Me libérer, s’étonna le petit homme. Mais vous êtes qui ?

– On vient du village, fit Aëdine.

– On vient de Clairval, précisa Valéros.

– Ouais, mais je vais me faire gronder si vous me ramener.

– Te faire gronder par qui, demanda Aëdine d’une voix douce.

– Je suis parti du village. Moi, je voulais être avec Mox, fit l’enfant en reculant contre le frêle gobelin.

– Tu voulais jouer avec ça, lâcha Valéros.

– Mox, c’est un gentil gobelin. Il est pas comme les autres.

– Il a l’air blessé ton ami, fit Aëdine.

– Il faut soigner Mox, confirma l’enfant.

– Je ne soigne pas les gobelins, poursuivit Valéros, enragé. Et là on va rentrer. Écoute-moi bien, grand, on vient de perdre un pote pour venir te chercher, donc si tu veux, là, ton gobelin, on en a rien à foutre. Donc on rentre au village.

– Alors tu t’es échappé du village pour venir ici, chuchota Aëdine.

– Ouais, et on va en discuter, mais dehors, insista Valéros.

– Moi je sors pas si Mox vient pas, lança l’enfant.

– Moi vouloir venir, murmura Mox.

– Toi tu vas t’en prendre une et rester ici, répliqua Valéros. Et toi le moche, tu te tais et tu nous suis.

– Tu aimes bien taper les enfants, toi, se fâcha Anastasia.

– Mox, elle est où ta famille, demanda Aëdine.

– Ma famille, partie, mais moi vouloir rester avec Louki.

– Oui, mais non, ça va pas être possible ça, s’énerva Valéros.

– Allez viens avec nous, Mox, invita Aëdine. On va tous au village de Louki.

– Non mais, j’ai dit que…

Les derniers mots de Valéros s’évaporèrent en voyant Aëdine prendre la main de Louki et sortir de la grotte. Anastasia se chargea de Mox et la suivit sans discuter.

– Attendez-moi quand même un peu, là, s’égosilla Valéros.

COcaverne

Tous traversèrent les galeries sans encombres et furent accueillis par la lumière du jour. Les petits se frottèrent les yeux, se donnèrent l’accolade, puis Louki chuchota à l’oreille de Mox. Le gobelin donna une tape dans le dos du petit d’homme. Ensuite il se tourna vers les adultes.

– Je sais que vous n’êtes pas venu pour moi, mais merci quand même.

Le gobelin surpris tout le monde avec ses paroles parfaitement intelligibles dans la langue commune.

– Je crois qu’il est plus sage que je parte.

Il les salua, puis s’enfonça en boitant dans la forêt. Un sifflement se fit au-dessus de lui. Tous virent sur une branche d’arbre le petit pick-pocket de Clairval qui faisait un signe de la main à Mox. Le petit gobelin lui rendit la pareille et disparut dans la forêt.

– Vous vous rendez compte pour qui est mort Nick, fit Aëdine, abasourdie.

Le petit voleur sauta de sa branche et rejoignit Louki en souriant. Ils se saluèrent en se frappant dans les mains selon un rituel bien à eux.

Sans crier gare, Valéros leur mit une baffe à chacun.

– Bon les petits voleurs, celle-là vous ne l’avez pas volé. Maintenant vous la fermez et on va tous au village.

Valéros, énervé, marcha en silence entre les troncs, vite suivis par ses compagnonnes et les deux gamins.

Les trois compagnons arrivèrent éreintés à Clairval à la tombée de la nuit, supportant jusqu’au bout l’impertinence et la vitalité des deux gamins. Mais à peine les portes d’enceinte franchies, les petits se jetèrent dans les bras de leurs parents, au milieu des autres villageois. Un conseil public semblait se tenir et l’annonce de leur arrivée, faîte par les veilleurs, avait coupé court aux débats.

La foule murmurait en les dévisageant, puis s’écarta pour laisser passer le bourgmestre Carillon et le baron Rodrigue de Haute-Pierre.

– En voilà une agréable surprise, fit le baron, tout sourire.

– Ainsi cela devait être fait, lança Valéros. Ainsi cela fut fait.

– J’en conviens, mon ami rodeur.

Le baron, ancien voleur et toujours héros, les dévisagea un à un, un voile sombre s’emparant progressivement de son visage.

– Où est votre ami le nain ?

– Mort, fit Valéros en s’avançant brusquement au milieu de la foule.

Le rodeur ne se laissa pas rattraper par ses amies et passa la porte de l’auberge, devant un village entier ébahi et silencieux.

Plus tard, le baron tint promesse et à chacun il remit une bourse de cent pièces d’or. Puis les villageois se cotisèrent et offrirent à chacun un costume sur mesure, fabriqué avec les étoffes du marchand ambulant. Finalement, les jeunes héros se retrouvèrent cette nuit-là dans un recoin de l’auberge. Valéros se perdit dans plusieurs chopes, pendant qu’Aëdine partageait quelques souvenirs, appuyés par les rares larmes d’Anastasia.

Ainsi se finit notre premier périple organisé et géré par Olmyster. Rendez-vous pour une prochaine balade fantastique.

Et en attendant, voici en bonus un petit florilège de ce qui ne relevait pas notre périple.

 

Au moment de choisir son métier:

 » Un druide, ça tire mieux à l’arc, demande Doucedidine au MJ.

– Plus loin sûr, mais mieux je ne sais pas. »

 

Ananas remplit sa fiche de personnage.

 » L’âge, c’est important ?

– Oui, parce que si tu as 5 ans, on va te larguer rapidement, répond DomCo.

– Et si tu en as 75 aussi, ajouta Bob Wing.

 

L’humain à la demi-elfe:

« De toutes façons, t’es une batarde »

 

Le Maître de jeu, après de longues explications:

« Y’a plus rien à manger ? Vous avez tout manger pendant que j’expliquais les règles ? »

 

Les joueurs se retrouvent devant le temple.

 » Je pousse la porte et elle s’ouvre, dit Wing.

– Mais ça se trouve, la porte on doit la tirer et pas la pousser, répliqua Ananas

– Donc je ferme la porte. Clac ! Et merde … »

 

Le nain regarde la bardesse allongée sur le sol, assommée.

 » Une vraie inconsciente, cette fille. »

 

Le nain joué par DomCo touche un gobelin.

 » Alors tu l’as blessé mais pas tué, indique le MJ.

– Cool, il est encore vivant, s’exclame Wing.

 

Le nain et le rodeur vont pour frapper un gobelin. Finalement, deux échecs critiques et deux blessures pour le nain.

 » Non, mais j’imagine le gobelin au milieu, intervient Wing : « euh… je suis là ! Oh oh. »

 

Wing touche son premier ennemi, après beaucoup d’échecs.

 » Enfin, j’ai réussi à infliger une blessure. »

 

La bardesse est assommée pour la seconde fois.

 » En fait, tu vas passer le scénario à dormir, balance Wing à Ananas.

 

La bardesse récupère tous ses points de vie, soit… 4.

 » C’est chiant de n’avoir que 4 points de vie, lance Ananas.

– Non, tu as un personnage avec un profil intéressant, répond le MJ.

 

Les aventuriers viennent au secours d’un marchand lors du raid sur le village.

 » Donc le vendeur de sucrerie lève le doigt et montre les palissades sur la gauche, explique le MJ. Vous regardez donc tous dans cette direction.

– Non, moi je regarde le doigt, pourquoi, réplique DomCo.

 

Le baron explique la mission qu’il donne aux aventuriers.

« … et à ramener le petit Louky.

– C’est pas le petit voleur de tout à l’heure, demanda Doucedidine.

– Non pourquoi, s’étonne le MJ.

– Juste pour savoir si on le sauve ou pas. »

 

Doucedidine se blesse en voulant frapper un gobelin.

Wing au MJ: « Et les gobelins, ils n’ont pas un malus parce qu’ils sont pétés de rire ? »

 

DomCo tue une des deux menaces sur Valéros, tandis que l’autre se carapate dans la forêt.

« Je ne vais pas réussir à tuer un seul gobelin de toute la partie, lâche Wing, effaré.

 

Les héros se retrouvent devant un énorme rocher à pousser, pour pouvoir entrer dans une galerie.

 » Alors vous allez faire ce qu’on appelle une règle de coopération, précise le MJ. Qui est le plus fort ?

– Déjà il faudrait savoir si c’est une action collective syndiquée ou non syndiquée, intervient DomCo.

– C’est difficile cet après-midi, s’inquiète le MJ.

 

Des rats déboulent sur les héros, dont Valéros à l’article de la mort.

 » On peut s’enfuir en hurlant ?

– Et en criant « Maman », demande le MJ.

 

De retour au village, les héros reçoivent leurs récompenses.

 » Alors elle est pas belle la vie, balance le MJ.

Puis à DomCo, dont le personnage du nain est mort.

– Alors elle est pas belle la mort ? »

Retour à Clairval, 1ère partie : La souillure gobeline

COcouvSpécial Jeu de rôle

Les Chroniques Oubliées

Retour à Clairval

1ère partie : La souillure gobeline

Asnières

 

Le jeu re rôle fait partie de ces lubies d’enfant qui grandissent avec le temps. Cela a commencé à neuf ans quand un camarade de classe montre sa boîte de Donjons & Dragons (soit en 1983). Puis on bave en voyant la publicité télévisée de Heroquest. Finalement je ne goûte à rien de tout cela durant mon enfance et mon adolescence.

Puis, comme beaucoup, je passe ma jeunesse d’adulte devant mon écran de PC et passe des nuits blanches sur Lands of Lore, Diablo et Darkstone (rhaaa), tente l’expérience de Might & Magic et de Baldur’s Gate. Mis à part les deux derniers titres dont l’ergonomie ne me plaisait pas, rien de tout cela n’avait la profondeur d’un jeu rôle pur. Mon expérience vidéo-ludophile se termina avec World of Warcraft, qui, malgré ses lieux magnifiques, ses personnages éclectiques et son histoire assez touffue,  m’a déçu et fatigué avec les quêtes journalières.

Enfin, en cette belle année 2015, Olmyster me propose de lancer l’organisation d’après-midi jeu de rôle, lui laissant bien sûr le soin de faire le Maître de jeu. L’univers choisi est celui des Chroniques Oubliées, créé par Blackbook éditions et réédité en 2014 par Casus Belli. Pour les créateurs, il s’agit de proposer des règles très épurées pour faire de l’initiation aux jeux de rôle. Toutefois le contenu reste assez complet pour faire quelques campagnes.

Nous voici donc réunis autour de la table sous l’oeil arbitral d’Olmyster. Les quatre compagnons seront joués par Doucedidine, Bob Wing, Ananas et moi-même. Doucedidine sera Aëdine, une demi-elfe druidesse. Wing sera Valéros Bobgorn, un rodeur humain. Ananas jouera Anastasia, une Bardesse humaine. Je serai Nick, un guerrier nain (surprenant !?).

Je vous propose donc de partager notre aventure ludique et imaginative. Tout ce qui suit est bien issu de nos choix, de nos réussites et de nos échecs aux dés et de l’imagination très productive de notre Maître de jeu et des quatre compères.

CO_Ecran_big

Prologue

En ces temps immémoriaux où l’honneur vaillant rencontre les créatures les plus néfastes, où la magie rédemptrice côtoie la maléfience putréfiante, où la vie innocente de milliers de paysans s’oublie face à la mort chantée de quelques centaines de guerriers, les drames se conjuguent au pluriel.

Clairval fait partie de ces petits villages de plaine, qui ont été bâti en prenant sur les forêts avoisinantes une première clairière pour établir des habitations, puis s’étendre avec quelques champs nourriciers, et enfin afficher la pérennité de son existence avec un cimetière multi-centennal, sa baronnie et ses contes.

Clairval n’échappe pas non plus à la réalité de l’humanité qui, dans son combat entre le bien et le mal, marque au fer rouge ce village par des rumeurs et des légendes qui écrivent l’Histoire.

Trente ans plus tôt, la nuit précédent l’équinoxe d’automne, quinze enfants du village ont disparu. Ce n’est qu’au matin, que les habitants, les parents surtout, découvrirent avec stupeur ce terrible crime. Toutes les portes des maisons et des bâtisses avaient été fracassées à la masse gobeline, et aucun villageois et aucun animal ne semblait s’être éveillé en entendant autant de brutalité.

Les esprits étaient anéantis face à ses disparitions d’enfants, mais les corps semblaient encore plus fatigués. Les anciens et les mages comprirent rapidement que le mal venait de l’eau du puits communal, situé au centre du village. Cette unique source d’eau potable avait été empoisonnée avec un puissant soporifique.

Ainsi, une fois tout le village silencieux, les chaumières éclairées par leur seul feu de cheminée, les corps apaisées par la drogue et les esprits éteints pour un moment, une horde de gobelins s’étaient introduits dans le village, pénétrés dans les habitations inoffensives et saisis presque tous les enfants.

Après une enquête rapide, les résidents furent mis hors de cause, quasiment tous concernés par ce drame, et les soupçons se portèrent sur Cardo, un étranger saltimbanque qui avait préféré dormir sous le chêne centenaire planté au centre du village, près du puits communal, plutôt que sur une des couchettes confortables de l’auberge.

Quatre résidents du village, qui avaient l’expérience de la guerre et de l’aventure, formèrent une milice et partirent sur les quelques rares traces encore fraîches laissées par les mécréants. Ainsi à la tête de la troupe se trouvèrent Maëla Elethian, une elfe magicienne, Krush, un orque guerrier, Karoom Dhürvan, un prêtre nain, et Félindra Lupus, une rodeuse demi-elfe.

La milice retrouva Cardo prisonnier dans un camp gobelin installé à quelques kilomètres de Clairval. Après une bataille courte et facilitée par la lâcheté gobeline, Cardo fut libéré pour d’autres geôliers, auprès de qui sa langue se délia sans effort et sans caprice. Il avoua avoir agi, tout comme les gobelins, sous la menace d’un personnage très mystérieux mais très riche. Alors qu’il s’était chargé de souiller l’eau du puits, les gobelins s’étaient occupés des enfants, destinés à la baronnie. Cette baronnie située au nord de Clairval.

La milice retourna alors au village, présenta les faits au jeune bourgmestre, Monsieur Carillon, et tout le village se retrouva face aux portes closes du château. Maëla y décela de la magie noire et rien ne permis de briser le sort et encore moins les portes. Le bourgmestre se rappela l’existence d’un tunnel, partant du cimetière, passant sous les douves et les remparts, et émergeant dans les sous-sols du château.

Seuls Félindra, Maëla, Krush et Karoom acceptèrent de prendre ce chemin tortueux, nauséabond et qui s’avéra rempli de créatures étranges et malfaisantes. Dès les premières visions dans les entrailles de la baronnie, alors que les quatre volontaires étaient prêts à en découdre avec le baron et ses soldats, ils découvrirent un personnel pétrifié par la magie et la peur. Dans la salle principale, ils retrouvèrent le baron, épuisé par la peur, tiraillé par la honte, entre deux geôliers ogres.

S’en suivit un combat titanesque entre ces géants et les quatre frêles combattants, des masses longues et lourdes contre des lames fines et des filets de magie, des chairs bestiales face à des corps fragiles et épuisés. Les quatre courageux s’en sortirent et par maintes entailles et réussites, mirent à terre les deux créatures. Le baron, libéré, s’agenouilla de reconnaissance et parla d’un nécromancien, l’esprit malin à l’origine de tous ces malheurs, qui se préparait à consommer les âmes des enfants pour alimenter son propre pouvoir.

Les quatre compagnons s’introduisirent donc dans le donjon, montèrent son haut escalier, firent face au nécromancien, entaillèrent sa chair, dispersèrent son esprit, brisèrent son incantation, et anéantirent son projet. Les enfants et tout le personnel de la baronnie furent libérés, les parents furent reconnaissants et tout le village célébra la victoire des quatre braves.

De nos jours, ces quatre héros légendaires ont préféré, depuis longtemps, une retraite paisible dans une clairière, simplement appelé la Clairière des Héros. Chacun a recherché et trouvé son chemin vers la respectabilité et la sagesse, mais tous ont su partager leur savoir et leur bonté en instruisant régulièrement quelques enfants natifs de Clairval. À leur tour, ces courageux parcourent de vastes territoires, apprennent maintes techniques de combat, parfairent leurs sorts de magie, et dispersent générosité et bravoure.

1ère partie : La souillure gobeline

Au milieu d’une forêt dense et battue par une pluie dantesque, une large route, ressemblant plus à un sentier avec sa terre gris-brun et ses ornières profondes, subit les affres inhabituelles des marchands et des voyageurs. Cette route n’amenait pas à une ville dense et capitale pour la région, mais à un simple village de paysans et d’artisans.

C’était l’unique voie de circulation qui mènait à Clairval. De nombreux voyageurs curieux, quelques marchands ambulants et de rares artistes se dirigeaient vers le village, dont la renommée venait de son drame passé, de son histoire connue de tous et de ses quatre maîtres honorifiques installés à la Clairière des Héros. Toute cette agitation était la conséquence d’un projet méticuleux et colossale que  l’un d’eux s’était mis en tête de réaliser.

Karoom Dhürvan, nain et maître prêtre, construisait depuis trente ans, à la seule force de ses mains et de sa volonté, un temple dédié à l’exploit que ses compagnons et lui-même avaient réussi en sauvant les enfants du village. Ce monument commémoratif était, enfin diront certains, terminé et son inauguration était organisée pour l’équinoxe d’automne.

Parmi les voyageurs et entre les chariots, quatre aventuriers ne pouvaient rater cet évènement. Après un mois d’absence à parcourir les plaines hasardeuses, les rivages escarpées et les montagnes traitresses, ces compagnons de route et de gloire revenaient à leur village d’enfance.

Valéros Bobgorn ouvrait la marche, son visage de Rôdeur caché sous une capuche de lin. L’eau commençait à s’infiltrer entre sa tunique et son Armure de cuir renforcé, malgré les sangles de son sac à dos. Bien que ce trentenaire grand et svelte avait le pas léger, les fourreaux de son Épée longue et de sa Dague tintaient à chacun de ses pas. Le bruissement sourd de la pluie le rassurait sur sa furtivité, bien que l’humain ne cherchait pas à l’être. Cette route le stressait malgré tout, bien loin de son environnement de prédilection, la forêt profonde et inoccupée.

Anastasia et Aëdine suivaient, marchants l’une à côté de l’autre. La frivolité et la bonne humeur de la Bardesse humaine allait de paire avec l’humour et la gentillesse de la Druidesse demi-elfe. Elles s’amusaient à dévisager, à deviner et à deviser sur les voyageurs, leurs origines et leurs accoutrements. Toutefois, elles paraissaient encore plus étranges que ces étrangers qu’elles croisaient.

La jeune Anastasia aurait pu passer pour une artiste itinérante banale, avec cette Cornemuse qui la rendait encore plus menue avec sa corpulence affinée, mais harnachée sous une Armure de cuir et avec une ceinture d’où pendait une Dague et une Rapière, plus d’un brigand aurait hésité sur sa véritable nature.

Aussi âgée que Valéros, Aëdine avait le teint basané typique d’une demi-elfe. Mais cette disciple de Mère Nature marchait fièrement, portant davantage son Bâton que celui-ci ne la portait. Son Armure de cuir la protégeait des dangers de la vie aventureuse, mais son Arc court pour la chasse et sa Dague à dépecer lui apportait sa subsistance.

Derrière, Nick le nain fermait la marche, grommelant de ne pouvoir voir de loin les alentours et les bords du chemin, au milieu de cette foule et des carrioles, et donc encore moins les dangers qui pouvaient surgir des coins sombres de la forêt. Toutefois il savait que cette angoisse n’était pas naturelle, mais conditionnée par les habitudes que son père lui avait transmis. Surtout qu’avec sa condition de Guerrier, sa Côte de maille qui tintait à chacun de ses pas, la main sur le pommeau de son Épée longue à la ceinture, un Bouclier sur le dos et sa Hache à deux mains coincé entre les deux, que pouvait-il bien craindre de quelques malandrins et vagabonds de campagne ?

Les quatre compères avaient quitté Clairval un petit matin d’été, les pieds dans l’herbe verdoyante, la tête aérée par la brise fraîche, et l’esprit porté vers le lointain rosé de l’aube. Empreints de leçons apprises et d’histoires héroïques, les novices avaient tenté la quête de la curiosité, celle située entre la réalité de la vie et l’immensité du monde.

Aëdine et Anastasia étaient originaire du village, et savaient qu’au bout de cette route elles retrouveraient leurs amis, leurs habitudes et ces vieux pères qui seraient heureux de revoir leurs filles, derniers enfants survivants de grand fratrie.

Valéros avait aussi vécu à Clairval et connaissait Aëdine depuis son enfance, mais les résonances psychologiques d’avoir été enlevé par le Nécromancien avaient usés les nerfs de ses parents, qui déménagèrent avant ses dix ans. Toutefois l’adolescent revint vers ce parfum d’enfance et des leçons appropriés auprès des maîtres de la Clairière des Héros.

Nick arriva bien plus tard, suivant son père Chef des Gardes régionaux. C’était aussi à ce moment-là qu’il avait suivi sa formation de Guerrier, avec des leçons apprises à la Clairière des Héros, et sans cesse rabâchées par son père. Puis la section de Gardes régionaux partit pour une autre mission, un autre village à protéger, mais Nick resta avec ses nouveaux amis.

Finalement, le mal du pays rappela ces enfants à leur doux foyer. Et après des jours de voyage, une halte la nuit précédente à l’Auberge du Vieux Pont, et cette nouvelle matinée de marche sous la pluie, la mélancolie et la nostalgie emplissaient leur coeur. D’autant plus que leur pensée se portait davantage sur Karoom le maître nain, l’un des héros légendaires, et sur son étrange et interminable projet.

La pluie cessa enfin et le ciel gris-cendré se transforma en blanc laiteux, sans pour autant laisser passer les rayons du soleil. A cet instant les quatre compagnons s’arrêtèrent. Au loin, les palissades entourant l’entrée sud de Clairval était visible, ainsi que la cime du chêne centenaire au centre de la place. Mais sur leur gauche, un sentier assez large pour deux hommes perçait la forêt. Un panneau en bois sculpté indiquait le chemin vers le « Temple de Karoom ».

Les quatre aventuriers se regardèrent, sourirent et s’engagèrent dans le sentier, empreints par l’envie de voir Karoom et son oeuvre bien avant la cérémonie officielle. Ils entrèrent donc dans la forêt, quittant le bruit et la boue pour un sol plus dur et un univers plus calme. La douceur sylvestre envahissait l’odorat, captait l’ouïe et plaisait à la vue. Puis des buissons plantés apparurent et bordèrent le chemin avec des épineux qui montaient jusqu’à hauteur d’homme, créant un couloir jusqu’à une percée éblouissante.

Soudain un bruit dans les buissons, quelques feuilles bruissèrent et des pattes crissèrent sur le sol. Une créature inconnue fuyait le rempart végétal et semblait chercher une meilleure cachette. La curiosité de Valéros, soutenue par la circonspection de Nick, amena le rôdeur à examiner les buissons, au niveau des quelques feuilles tombées. Il n’aperçut rien de particulier et se baissa jusqu’aux racines sortantes du sol, sans en voir davantage au-delà des pieds d’arbuste. Sans crainte, il força son passage entre les branchages. La créature avait disparu définitivement, terrée il ne savait où.

– Ça devait être un faisan, dit-il en rejoignant ses amis.

– Un malfaisant, oui, corrigea Nick.

Le groupe reprit la marche et, arrivant à l’orée du bois, aperçut le temple. D’abord petit de si loin, leurs visions cernées par le porche végétal. Puis si majestueux, si grand, si massif au milieu de cette clairière circulaire. Le monument respirait la culture naine, avec ces roches brutes taillées et entrecroisées, avec cette apparente solidité aux lignes sans finesse. Les anciens élèves de Karoom se souvenaient des plans de l’édifice et de sa forme de marteau couché, dont les sommets culminaient maintenant devant eux à quinze mètres du sol.

– Trente ans d’une vie de nain pour bâtir ce temple, souffla Nick, admiratif.

– Y’en a qui se font vraiment chier dans leur journée, plaisanta Valéros.

Nick grogna à l’attention de Valéros. Alors que le groupe s’approchait du temple. Le guerrier nain fixa du regard ses portes massives de trois mètres de haut. Elles étaient entrouvertes de quelques centimètres. Il fit ralentir le pas, inspecta du regard les alentours, tendit l’oreille à la recherche d’un bruit inhabituel, examina les marches qui pouvaient être souillées de sang frais. Mais rien de tout ça.

– C’est normal que ce soit entrouvert, s’inquiéta Aëdine.

– Un temple nain, c’est soit grand ouvert, soit parfaitement fermé. Mais entrouvert, c’est qu’il y a un problème, répliqua Nick.

– Bah on sait pas, lança Valéros, désinvolte. Peut-être que les nains entrouvrent leur porte. De toutes façons, moi.. »

Et le rôdeur s’avança fièrement et toqua à la porte. Ses amis le rejoignirent, attendant également une voix ou un bruit quelconque en retour. Mais aucun bruit ne parvint à eux par l’entre-baîllement.

– Sortons nos armes et préparons-nous au danger, proposa hardiment Nick.

Valéros rigola sur ces belles paroles et à la vision du nain mettant sa main à l’épée et le bouclier à l’avant-bras.

– D’accord, ricana le nain. Alors passe devant.

Le sourire du rôdeur s’effaça, pendant que les mains d’Aëdine serraient son bâton. Valéros fit de nouveau face à la porte et, du bout du pied, l’ouvrit doucement et facilement.

L’intérieur sombre contrastait avec la lumière blafarde de l’extérieur. Les hauts vitraux étaient cachés par des bâches immenses, empêchant la lumière naturelle d’entrer. Les quelques torches visibles, placées de manière régulières, étaient éteintes. Dès l’entrée, ils pouvaient apercevoir deux escaliers en colimaçons, emprisonnés par la pierre, qui amenaient aux balcons longeant l’avant-nef rectangulaire et la nef. De hautes colonnes se dressaient le long des murs de travée. Puis au loin, tout au fond du temple, un halo jauni éclairait partiellement et tombait sur un autel.

Aucun bruit ne résonnait dans l’édifice, plombant davantage l’atmosphère sacrée de ce futur lieu de culte. Valéros entra le premier et, avec déférence, pratiqua une génuflexion. Les autres suivirent, plus circonspects que respectueux. Le rôdeur fit tomber son sac au sol, sortit sa torche et son briquet, et finit par éclairer le narthex et les rambardes de pierre des balcons.

Soudain une cloche tinta, sonna, puis finalement et lentement gronda entre les murs massifs, glaçant les quatre aventuriers. Des cris stridents et malicieux parvinrent des balcons. À peine le temps de lever les yeux que des objets contondants tombèrent sur eux, lancés par des créatures malignes et agressives.

Aëdine resta stoïque pendant que ses amis restèrent pétrifiés d’effroi par cette cloche macabre. Elle vit des outils de maçonnerie marteler et joncher au-fur-et-à-mesure le sol. Elle parvint même à éviter un marteau et un burin. Valéros, Nick et Anastasia ne virent pas venir les autres outils. Le rôdeur subit ainsi ses premières blessures dans ce combat bizarre, lâchant un faible piaillement de douleur et sa torche, tandis que Nick et Anastasia n’eurent même pas à esquiver des lancers imparfaits.

Aëdine appella Karoom, hésitant encore sur la nature du ou des lanceurs éventuels. Et d’autres outils furent lancés, agrémentés par d’autres cris malingres. Rien qui ne soit donc de nature naine, voire sénile, mais bien des créatures maléfiques. Puis la source d’objets dangereux sembla se tarir et par chance personne ne déplora d’autres blessures.

Nick proposa alors de monter aux balcons, à l’assaut de ces bêtes. Anastasia, effrayée, se couvrit la tête avec sa gamelle, et son corps avec sa couverture. Valéros sortit enfin son épée et Aëdine prit son bâton à deux mains. Un dernier outil fut lancé sur Anastasia, qui courrait se réfugier dans un coin. Le marteau la frappa durement et son corps s’effondra sur le sol aussi sèchement et sans un gémissement. Aëdine prit l’escalier de gauche, Valéros la suivit de près, et Nick entreprit l’ascension du colimaçon de droite.

À l’étage, Aëdine rencontra deux gobelins qui la continrent dans l’escalier en balançant leurs masses. Valéros ne pouvait pas passer et patienta derrière la druidesse. Les frappes ennemies continuèrent et firent vaciller Aëdine. Elle tenta alors de forcer le passage, mais les deux masses gobelines moulinaient sans arrêt dans les airs.

Nick trouva le même nombre d’ennemis au sommet de son escalier, mais d’un mouvement rapide et certain, il trancha la tête d’un premier ennemi. Son second adversaire rata sa premier occasion. Puis les deux combattants croisèrent leurs armes, frappant à tout rompre, sans qu’aucun ne cède. Jusqu’à ce que l’épée du nain entailla le gobelin épuisé.

Pendant ce temps-là, Valéros recula pour laisser descendre Aëdine, et amener les deux gobelins à se battre dans un espace moins réduit. Alors que les deux amis redescendaient, la tactique fonctionna et les peaux-vertes suivirent leur proie. Arrivée en bas, Aëdine vit Valéros patienter sur le côté, prêt à à frapper la première vermine qui pointerait son nez. Nick vit ses amis du haut de son balcon et hésita entre lancer quelques outils, au risque de blesser ses amis, ou redescendre les rejoindre.

Aëdine se retourna alors pour porter un bon revers de bâton sur le premier crâne verdâtre, mais le coup passa au-dessus. Soudain le nain surgit et planta son épée dans le bide du gobelin, avant que celui-ci ne puisse riposter à Aëdine. Valéros entailla le second et dernier malin, qui répondit par une belle entaille dans la cuisse.

Aëdine s’écarta de la mêlée et s’agenouilla auprès d’Anastasia, qui reprenait conscience difficilement.

Nick lança à nouveau toutes ses forces contre le dernier ennemi, mais celui-ci esquiva et le nain, porté par son élan, finit au sol en s’égratignant. Valéros se retint de rire devant ce coup mémorable et s’élança pour finir ce récalcitrant, quand son arme glissa sur la tunique en cuir du gobelin et blessa également le nain trop proche. Mais les deux amis s’enragèrent contre leur propre bêtise et portèrent coup sur coup contre un adversaire coriace, agile et déterminé à survivre.

Alors Aëdine laissa Anastasia seule, rejoignit les hommes et glissa son bâton entre les corps vaillants, qui percuta de plein fouet le visage hideux de la créature.

– Un petit merdeux, celui-là, lança avec dédain le nain, repoussant du pied le corps flasque et inerte.

L’équipe se reforma autour d’Anastasia, qu’ils aidèrent à se relever. Le temple avait retrouvé son calme sacré, son silence de catacombes. Valéros ramassa sa torche pendant qu’Aëdine et Nick sortirent et allumèrent la leur. Anastasia préféra rester dans l’ombre et se glissa derrière les colonnes, à l’abri des regards de possibles autres gobelins. Le groupe décida de se séparer.

Aëdine et Nick remontèrent leurs escaliers, tandis que Valéros et Anastasia s’avancèrent vers l’autel, marchant entre les murs et les rangées de colonnes. Chacun, au fur et à mesure de sa progression, découvrit l’entièreté de l’autel nimbé de lumière dorée.

Derrière les colonnes, Valéros et Anastasia trouvèrent des alcôves. Dans chacune d’elles était hébergée une statue représentant une divinité naine. Ils les examinèrent et remarquèrent des dessins grossiers qui suggéraient une moustache sur deux déesses et un sexe sur le front d’un dieu. Sur d’autres, les profanateurs avaient tenté d’esquisser d’autres choses restant indescriptibles. Valeros porta une attention plus particulière sur une des moustaches, tandis qu’Anastasia commença à nettoyer une autre exaction. Puis le regard de Valéros se détourna vers le sol, amenant également la pointe de son épée longue dans un tas difforme et flasque.

– Ils ont fait ces gribouillis avec leur propre merde, informa Valéros, bloquant aussi sec l’action purificatrice d’Anastasia.

Nick et Aëdine se mirent à parcourir leurs balcons respectifs, surplombant la travée de bancs. Chacun tenta de tirer sur les bâches qui couvraient les vitraux afin de faire entrer davantage de lumière naturelle. Mais elles pendaient depuis une telle hauteur que les compagnons durent abandonner. Ils reprirent leur progression, surveillant leurs amis marchant en bas et leurs alentours.

A quelques pas de Valéros, un objet brillant scintilla légèrement. Il le ramassa et soupesa cette grosse clé de bronze. Il soupçonna qu’il s’agissait de celle du temple. Mais si c’était bien le cas, comment ces maudits gobelins avaient bien pu l’avoir ? Où pouvait bien être Karoom en ce moment ? La menace semblait éliminée du temple, mais qu’en était-il pour le village ? Autant de questions auxquelles les réponses devaient attendre.

Soudain son attention fut saisi par des crissements. Un coup d’oeil sur Anastasia et Valéros compris qu’il n’était pas le seul les entendre. Il porta son regard en direction de l’autel et il reconnut les raclements que faisaient des outils ferreux sur la roche. Valéros et Anastasia avancèrent jusqu’à l’autel, pendant qu’Aëdine et Nick parvenaient à l’extrémité des balcons, dominant toute la salle octogonale de l’autel.

Derrière l’autel, Valéros et Anastasia pouvaient voir des petits bras frêles et verts s’agiter, s’immobiliser, ouvrager la pierre. Puis un pas crissa, des têtes gobelines se relevèrent, Valéros enragea et les frondes lâchèrent leurs premières pierres. Le rôdeur esquiva un projectile mais un second assomma, de nouveau, la bardesse. Valéros revint sur ses pas en courant et se réfugia derrière les colonnes.

Depuis le balcon, Aëdine bandait déjà son arc, tira une première flèche, qui manqua sa cible, et encocha la deuxième. Le nain, enragé d’être aussi haut et aussi loin, lança à son tour sa hache à deux mains avec toute la force et l’élan qu’il pouvait fournir. Toutefois le poids de l’arme et la distance eurent raison de sa hardiesse, et la hache tomba lourdement et bruyamment.

Rapidement, Valéros présenta à son tour un arc, encocha, banda la corde et visa la première tête qui dépassait de l’autel. La pointe atteignit son objectif, plantant celui-ci dans le mur proche. Pendant ce temps-là, Nick parcourut en sens inverse le balcon pour rejoindre Valéros. Mais la vitesse d’un nain ne vaut pas celle d’une flèche, que tira Aëdine et qui tua par la même occasion le dernier profanateur.

Valéros sortit de son abri et marcha jusqu’à l’autel. Massif en granit orangé, il avait la forme d’une enclume et trônait sur une estrade de pierre noire. Avec circonspection, le rôdeur en fit le tour, découvrant par la même occasion le vitrail circulaire qui dirigeait la lumière sur cette oeuvre naine. Dans le mur derrière l’autel, une alcôve avait été creusée et un socle de bronze poli attendait une relique quelconque. L’enclume était gravée de symboles runiques et stylisés. Mais le coeur du texte avait été gâché par un énorme symbole. Valéros y reconnut là celui d’une tribu gobeline sévissant dans la région.

Aëdine et Nick profitaient du calme pour fouiller leurs balcons, puis redescendirent rejoindre Valéros et Anastasia. Le rôdeur s’approcha d’Anastasia et tenta de la ranimer, en vain. Il dût attendre l’expérience d’Aêdine, qui parvint à la réveiller et à la relever. Valéros fouilla à son tour autour de l’autel, pendant que Nick ramassa sa Hache à deux mains, qui ne semblait pas avoir souffert de ce lancer rageur.

– Comment tu vas, souffla Aëdine à Anastasia.

– Ça va aller.

– Tu peux examiner l’autel, demanda Valéros. Il y a des écritures naines. Tu pourrais peut-être les déchiffrer et nous en dire plus.

Anastasia marcha avec difficulté et fit le tour de l’estrade noire. Elle se baissa, lut à voix basse quelques lignes du texte runique, se redressa, puis porta son attention sur le socle de bronze dans l’alcôve située derrière l’autel.

– Ceci doit recevoir une relique dédié au dieu Thürdim. Si je me souviens bien, Karoom parlait souvent de ce dieu car il est au centre de toutes les prières dans son village natal. Il n’a pu que retourner là-bas pour trouver une relique adéquate pour son temple.

– Ça doit être pour ça qu’il n’est pas là, ajouta Valéros.

– Sortons alors, proposa Nick.

– Oui, il ne sert à rien de rester ici plus longtemps, argumenta Aëdine.

Les compagnons se regroupèrent et retournèrent vers le porche entrouvert, fouillant de temps à autre. Le groupe s’arrêta à l’entrée. Aëdine chercha encore sur le sol et les murs quelques objets intéressants ou de possibles cachettes. Anastasia profita de cette pause pour reprendre ses esprits et quelques forces. Nick et Valéros se plantèrent sur le perron et examinèrent la clairière et l’orée de la forêt, craignant d’autres menaces vertes.

Mais le calme avait aussi bien été restauré à l’extérieur qu’à l’intérieur. Les quatre aventuriers se regroupèrent à nouveau, prêts à partir.

– Que fait-on maintenant, demanda Nick.

– On retourne au village, proposa Valéros. S’il y a des gobelins ici, il peut y en avoir aussi au village.

– Je préfèrerais plutôt prendre le chemin vers le village natal de Karoom, le retrouver en chemin et l’escorter jusqu’à son retour.

– Son village est très loin dans les montagnes, répliqua Aëdine. On ne sait pas depuis quand il est parti et quand il a prévu de revenir.

– Clairval est plus proche et plus exposé à la menace gobeline, ajouta Valéros. J’insiste pour aller au village.

– Je suis d’accord, fit Aëdine.

– Moi aussi, lâcha Anastasia.

– Ok, allons-y, se résigna Nick.

Valéros se retourna et ferma les portes complètement. Il  sortit la clé de bronze qu’il avait ramassé et l’inséra dans la serrure. Elle tourna parfaitement et le pêne verrouilla définitivement le lieu sacré. Il donna la clé à Nick qui s’empressa de la coincer dans les replis de sa tunique.

Le groupe s’avança alors vers le sentier, sans relâcher leur attention, puis ils s’engagèrent dans la forêt, libérant soudain leurs esprits avec cette marche forcée, pressés de connaître le sort réservé au village de Clarival et à ses habitants.

Fin du premier épisode.