L’invasion va pouvoir commencerXCOM_mockup_tablet

X-COM, pour Arnaud

Après un an sans peinture, me voilà embarquer pour quelques séries de soldats téméraires, d’avions performants et de soucoupes très mal venues.

Le jeu de plateau X-Com est un de ces jeux de plateau modernes que je ne possèderai pas. Tout simplement parce que tout le matériel pour y jouer ne se trouve pas dans la boîte. Il vous faudra un smartphone par joueur. Et connaissant l’évolution technologique, j’ai bien peur que ce jeu finisse pas ne plus pouvoir être joué convenablement.

Mais cela n’a pas arrêté mon ami Arnaud, qui s’est retrouvé avec des bonshommes gris et des avion terriens gris, et des OVNIs rouges. Le monde à l’envers quoi !

Ses exigences furent les suivantes : « Pour les véhicules, peu importe. Mais alors les soldats, je les veux comme quand je jouais au jeu vidéo. » Soit des Snipers jaunes, des Sapeurs bleus, des Commandos rouges et des Grenadiers verts.

 

1er traitement

1er traitement

1er traitement

1er traitement

J’ai donc fait un traitement des soldats façon Space Marines, très fortement inspiré aussi par de nombreuses images trouvées sur la toile concernant le jeu vidéo. Beaucoup d’aplats, des brossages pour éclaircir, puis un jus d’Agrax Earthshade pour contraster tout cela.

1er traitement

1er traitement

xcom6

1er traitement

2e traitement

2e traitement

Mais le résultat a été plus sombre que prévu et, après une partie avec les pièces sur le plateau, Arnaud m’a demandé d’éclaircir davantage, en vue de se rapprocher davantage des Space Marines de Warhammer 40K.

1er traitement

1er traitement

2ème traitement

2ème traitement

Pour les soucoupes, après une base noire, un brossage à sec de gris a suffi pour rehausser les arrêtes et les lignes. Puis j’ai traité les anneaux par un passage à l’Incubi Darkness et un brossage à l’Hawk Turquoise pour éclaicir. Enfin, pour essayer de donner un aspect translucide, j’ai mis un ancien produit Games Workshop « Effet d’eau ». Mais là aussi, le résultat était trop sombre pour Arnaud. Donc j’ai ajouté un aplat d’Hawk Turquoise et un brossage de bleu très clair sur les bords, avant de remettre cet effet translucide.

xcom3

Pour les avions, que du brossage à sec, d’intense à léger, et quelques aplats de différents gris. Et un client convaincu, cette fois. Ouf ! ^^

xcom0

Un lot prêt au combat.

Ce fut un lot de figurines particulier à peindre. Les soldats restaient dans un format standard proche du 25 mm, mais les véhicules étaient entre 2 et 3 cm. Toutefois ces six séries n’ont pas été si difficiles à traiter car il m’a fallu entre 27 et 30 heures pour les faire.

Rendez-vous prochainement pour d’autres aventures picturales.

42911108

L’armée sanguinaire des Genestealers

Space Hulk 3e édition, pour Arnaud

Il m’arrive parfois de peindre pour les autres. Quand j’ai le temps, l’envie, mais surtout quand j’ai moi-même de la peinture à faire.

Et là, on me dit « j’ai ma pôv’ chtit’ boîte de Space Hulk, que j’ai toujours des figurines pas zolies, et que parfois je cherche un partenaire ».

Bon, pour jouer je sais pas, mais pour peindre c’est dans mes cordes. Quelqu’un lui avait déjà fait les Space Marines dans un bien bel ouvrage et il lui restait encore ses Genestealers tout violet de plastique. En passant je vois ses socles pour les portes et un ou deux trucs non peints.

J’emmène le tout au début d’octobre en lui disant « T’inquiètes pas, tu les auras avant Noël ». Puis les pluies arrivent, les températures basses suivent. Pour la sous-couche, je pratique la bombe sur mon balcon et là j’étais bien ennuyé, pour pas dire autre chose. Mais une fenêtre météorologique clémente apparaît et je « sous-couche » le 11 novembre.

Puis arrive le 10 décembre… Oui, je sais, c’est honteux. Mais j’ai bien fini… après Noël. Mais avant la nouvelle année !

Je prépare tout le lot de figurines. Games Workshop a proposé de belles figurines en plastique dur, très détaillées et facile à travailler. Donc une phase d’ébarbage facile et sans fausse manipulation. Puis une sous-couche noire de Chaos Black.

SHarndec140

Basiques, fonctionnels, salles, ensanglantés.

Avant d’attaquer les Genestealers, je m’occupe des socles de portes. Une base en Leadbelcher couvre l’ensemble, puis je dépose un jus d’Agrax Earthshade. Un brossage générale en Ironbreaker et un autre en Mithril Silver sur les arêtes. Pour fignoler, un autre brossage superficielle et sur quelques endroits seulement en Macharius Solar Orange. Enfin quelques coups sanglants de Blood for the Blood God sur la moitié des socles.

Ensuite je passe à une coupe et un robot. La coupe reçoit un aplat en Balthasar Gold, un brossage intense en Shining Gold et un autre plus léger en Burnished Gold. Quelques coups en Mithril Silver, coloration des gemmes en rouge, bleu et vert, avec trois tons pour chaque.

Je poursuit avec le robot. Des teintes bronzés pour la carcasse, avec un brossage léger en or et silver. Des tons argentés pour les chenilles et le bras articulé. Du blanc cassé pour le crâne puis un brossage en blanc.

Viens le dilemme du Space Marine déchu. Il s’agit d’un scaphandre de Space Marine avachi sur un siège métallique, contenant encore le squelette du soldat mort. La question était de savoir si je le faisais à part, ou avec la fournée des Genestealers. Finalement j’opte pour l’inclure dans la fournée car son armure et son crâne sont aussi déclinés dans les socles des affreux.

sharndec144

Le héros de ces dames

Mais commençons quand même par lui pour l’article. Le siège funèbre a subit le même sort que les socles de porte. L’armure a reçu un aplat de Mephiston Red, les armoiries et autres fioritures du Balthasar Gold, le crâne en Dheneb Stone et les tissus drapés du Commando Khaki. Un jus général d’Agrax Earthshade et laissez sécher.

Premier brossage en Mephiston Red sur l’armure proprement dite, et un second pour l’effet de lumière naturelle en  Blood Red. Sur le tissu, un premier brossage en Dheneb Stone puis un second en Praxeti White. Sur les dorures, du Shining Gold. Peinture des gemmes en Stegadon Scale Green et pointe d’Enchanted Blue. Les câbles et tuyaux en Charadon Granite. Enfin suivent quelques brossages légers en Mithril Silver pour créer l’usure de l’armure, des dorures et quelques impacts. Pour le crâne, un brossage en Screaming Skull puis en Praxeti White. Pour finir la figurine, un peu de Blood for the Blood God sur les doigts du gros « gant » ballant.

Passons enfin à ceux pour quoi vous êtes là : les Genestealers.

J’ai décidé de ne pas suivre le schéma de couleurs proposé dans le livre de règles. Non pas que je ne les trouvait pas jolis, mais je savais d’avance que je n’arriverai pas à un aussi bon résultat. J’ai donc décidé de faire un entre-deux avec deux couleurs génériques puis de faire les détails spécifiques.

Pour commencer, les membres et la tête reçoivent un aplat de Naggaroth Night, puis un premier brossage en Liche Purple, un second en Hormagaunt Purple pour rehausser les arêtes, et un troisième avec un mélange 50/50 d’Hormagaunt Purple et de Ceramite White, uniquement destiné pour l’effet « lumière ».

Puis la carapace dorsale et ventrale, la queue et les plaques partant du front vers le museau reçoivent de l’Incubi Darkness, un jus d’Agrax Earthshade pour bien casser la couleur, puis un premier brossage en Stegadon Scale Green, puis un dernier pour accentuer légèrement les proéminences en Fortress Grey.

sharndec142

La meute en cours de travail, avant le jus d’Agrax Earthshade sur la carapace, les socles et les pièces d’armure.

Passons aux détails. Avec une folie, un coup léger pour rehausser en Warlock Purple sur les « veines » des muscles. Les griffes de toutes sortes reçoivent du Charadon Granite, de l’Agrax Earthshade et un brossage sur les arêtes supérieures en Codex Grey. Les dents ont une base en Bleached Bone puis du Praxeti White. La langue est couverte de Bugman’s Glow et les arêtes en Wild Rider Red. Enfin les yeux sont peints en Blood Red (j’avoue qu’en voyant la photo, il aurait fallu commencer par un Wild Rider Red, puis une pointe de Blood Red).

sharndec145

Le chef de la bande

Pour les différents socles métalliques, couverts de tuyaux, de crânes et de pièces d’armures, le traitement fut le même que pour les socles, l’armure du Space Marine et son crâne. Pour terminer sur une note plus colorée, du Blood for the Bood God a été mis à divers endroits (sols, crânes, langues, casques…). J’en ai notamment mis sur la griffe de l’index du meneur Genestealer, mais à part ce côté luisant, visqueux, je sais que j’aurais du d’abord passer un coup de Mephiston Red puis le Blood for the Blood God.

sharndec143

Le lot au complet terminé et prêt pour son valeureux propriétaire.

J’espère que cela vous plaît autant qu’à moi. Personnellement, j’aurais bien voulu voir ces Genestealers en vert très foncé, tels que les Aliens, mais il paraît que ce n’est pas la même chose. Je vous laisse donc sur cette réflexion avec une photo du petit robot « victorien ».

sharndec141

No-n’os le petit robot

zombicide

M. Phal

Zombicide, pour Olmyster

Il m’arrive parfois de peindre pour les autres. Quand j’ai le temps, l’envie, mais surtout quand j’ai moi-même de la peinture à faire.

Bon j’avoue j’avoue je mens. J’avais accepté de peindre une belle série de figurines de Space Hulk V3 et j’ai donc proposé à Olmyster de peindre ses deux figurines du Gaming Night Kit #4.

PhalOlmysterdec140

Devrait-on être surpris de voir un M. Phal un poil contestataire ?

Afin d’aider le site Tric Trac, j’avais pris un lot GNK#4 et avais distribué quelques figurines autour de moi. Olmyster s’était saisi d’un lot et, ayant vu récemment mon travail pour Runebound et Talisman, il fut partant pour me les confier.

Il faut dire que je lui avait fait quelques pièces pour d’autres jeux de société.

Pour commencer, bien sûr l’ébarbage. Et comme toujours, le plastique me semble trop « mou » pour mes doigts lourds, donc j’y vais doucement, quitte à laisser une ligne ou deux de surplus.

Ensuite une sous-couche à la bombe blanche Games Workshop. Même si le personnage est principalement couvert de couleur sombre, je préfère une base claire pour faire ressortir les autres éléments de la figurine.

Les choix artistiques déclinés sur les fiches de personnage du jeu Zombicide tendent justement vers des couleurs claires et parfois chatoyantes. Alors je vais m’efforcer d’en faire autant.

J’entame avec des aplats en Abandon Black pour le costume, les UZIs et le canon du fusil, et en Scorched Brown pour les chaussures et la crosse. Puis je procède à deux brossage légers en Bestial Brown sur la crosse et en Ironbreaker sur le canon et les UZIs. Sur le costume un brossage plus intense en Codex Grey et un autre plus léger mais dans le sens de la « lumière » simulée en Fortress Grey.

Viens ensuite la peau. Pour le Survivant, une base de Tallarn Flesh et un brossage en Dheneb Stone, toujours dans le sens de la « lumière ». Pour le Zombivant, un aplat de Tallarn Flesh aussi mais un brossage en Rotting Flesh.

Pour la barbe et les cheveux, un passage d’Abandon Black et un brossage en Scorched Brown.

Le t-shirt rouge subit un aplat de Mephiston Red et un lignage en Wild Rider Red.

La bouteille du Survivant reçoit un aplat en Gnarloc Green, un premier lignage large en Gretchin Green puis un second sur le dessus en Cameo Green. Le torchon est peint en Astronomican Grey et brossé en blanc. Puis les flammes reçoivent une succession de Mephiston Red, de Wild Rider Red, de Blazing Orange, de Golden Yellow, de Sunburst Yellow (oui, j’en ai encore, depuis ’96) et de Praxeti White.

Phalolmysterdec141

On approche du résultat final.

Afin de réhausser la nature sanglante du Zombivant, j’applique du Blood for the Blood God, un « technical » très pratique et très bien fait qui simule le sang, sa couleur et sa brillance. J’en mets sur les blessures, le col de la veste et certaines déchirures du pantalon.

Pour finir ces deux figurines, un aplat en Abandon Black sur le socle est appliqué pour être raccord avec les autres figs Zombicide qu’Olmyster avait déjà fait peindre par un autre « artiste ».

Phalolmysterdec142

Prêts pour livraison au client

Désolé pour cette dernière photo surexposée mais je l’ai prise à la volée pour Olmyster et je n’ai pas eu l’idée d’en prendre d’autres. Personnellement, je suis satisfait du résultat (le commanditaire aussi) et cela m’a bien préparé pour mon propre lot de figurines Zombicide.

Merci de m’avoir lu.

demeuresepouvanteLe bleu de l’effroi ou le rouge du combat

Demeures de l’épouvante

 

Non, je n’aime pas les jeux de société avec des figurines. C’est juste que j’ai encore plein de pots de peinture et de pinceaux et que je ne peux pas laisser tout ce matériel décrépir inutilement. Bon après forcément, dès qu’un pot est vide, je suis bien obligé d’en racheter un neuf pour pouvoir finir la figurine en cours. Et oui, j’avoue, je me retrouve à nouveau avec du matériel périssable.

Non, je ne suis pas de mauvaise foi. C’est juste que je suis nul en excuse, justification et autre plaidoirie.

Les « Demeures de l’épouvante » est un jeu de plateau inspiré des nouvelles et autres romans de H.P. Lovecraft, participant à décrire une Terre des années 1930 sous la menace du grand mage Chtulhu, créature maléfique provenant d’un monde parallèle, accompagné d’autres démons autres horreurs cauchemardesques. Après Horreur à Arkham et le Signe des Anciens, et avant les Contrées de l’Horreur, ce jeu est venu prendre place dans la niche des jeux d’exploration et d’aventure comme Descent et consorts. Donc quelques tuiles de décors, des jetons, des fiches descriptives et des cartes. Mais aussi des figurines, bien sûr.

dde00

Nos détectives bien entourés

Ce que vous avez sous les yeux est fourni dans la boîte de base, la grosse extension, l’Appel de la Forêt (avec Siegfried, là-bas, là-bas, dans la forêt forêt ^^), et la plus petite, Expériences Interdites. Mais aussi, plus les grands fans d’Horreur à Arkham, on peut les trouver à l’unité pour remplacer les jetons et les pions du jeu Horreur à Arkham. Eh oui, en fait FFG (et donc Edge pour la version française) a tout simplement repris les figurines déjà existantes sur le marché, pour alimenter ce jeu d’aventure. Personnellement je trouve ça super, bien sûr à la condition que d’autres extensions sortent encore, que je puisse avoir tout le lot.

Contrairement à l’achat à l’unité des figurines, celles des Demeures de l’épouvante sont brutes, non peintes et à fixer sur leurs socles noires. Seuls les héros sont fixés à leur socles, bien que l’on puisse, avec intelligence, les détacher. Pour les schémas de couleur, j’aurais pu faire à l’identique que les sets proposés par FFG et Edge. Cependant j’ai préféré faire quelque chose de plus naturel, de plus travaillé, mais surtout le plus proche possible des illustrations visibles sur les cartes et les jetons.

Je n’ai malheureusement pas noté toutes les étapes et les couleurs appliquées sur chaque figurine. mais je vais essayer au moins de me souvenir des cas particuliers.

Pour commencer, le plastique utilisé est très particulier, surtout sur les monstres. C’est une sorte caoutchouc dur gris. L’ébarbage fut donc très difficile, car entre élasticité impossible à gratter et souplesse face à l’entaille, la matière n’était pas facile à travailler. Toutes les figurines ont été sous-couchées en noir avec du Chaos Black. D’une manière générale, les techniques employées sont des aplats, puis du brossage à sec ou du lignage. Très peu ont subi un lavis en Agrax Earthshade.

Le Sombre Rejeton : j’était parti pour faire une figurine marron, puis éclaircie par des  brossage à sec. Finalement, j’ai eu l’idée de tenter l’absurde. D’abord un aplat en rose chaire, puis un lavis d’Agrax Earthshade, et enfin un brossage à sec intensif en gris terreux.

L’Horreur de Dunwitch : celle-là porte bien son nom. Je voulais obtenir l’effet des tentacules orange qu’on voit sur la boîte d’Horreur à Arkham. Sauf que la rugosité si particulière de ses tentacules élastiques n’a pas permis d’obtenir un résultat convaincant, malgré plusieurs brossages à sec.

Les Shoggoth : les yeux, après un aplat en Waagh Flesh et un sur-lignage en Orkhide Shade, ont reçu ce fameux produit qui simule l’eau. Deux couches et voici les pupilles des Shoggoth très brillantes.

Les Maigres Bêtes de la Nuit : l’effet brillant de leur peau est tout simplement du à ma vieille peinture Chaos Black en pot, qui date de 1996.

A suivre la galerie des horreurs de Chtulhu et ses ennemis détectives, et en bas de page, vous avez la possibilité de poster vos commentaires.

talismanAventuriers, à vos pinceaux !

Talisman

Habituellement quand je décide de peindre les figurines d’un de mes jeux de société, il s’agit la plupart du temps d’une petite série de 10 ou 20 figurines.

Sinon quand je peins les figurines d’un jeu de bataille à figurines, il s’agit d’un lot plus conséquent entre 30 et 50 figurines.

Dans le premier cas, il s’agit souvent de héros qu’il faudra traiter individuellement et quelques méchants en peloton identique.

Pour le second cas, il s’agit principalement de bataillons de fantassins, de cavaliers ou robots tous identiques et c’est la production en série.

Talisman est un cas à part. Tout comme l’a été la session de peinture pour les figurines de Runebound, toutes les figurines de Talisman sont des héros. Chacun a une fiche personnalisée avec un schéma de couleurs bien particulier. Mais alors que pour Runebound j’avais une trentaine de héros, ici c’est les héros de la boîte de base et de toutes les extensions sorties à ce jour. Soit 58 morceaux de plastique qu’il va falloir choyer et embellir.

talisman0

Une photo de famille

Comme toujours dans ces cas-là; le premier travail, et le plus important, est de choisir les couleurs à appliquer. Je suis très peu sorti du schéma imposé et je pense avoir obtenu des résultats très ressemblants.

La plupart ont reçu une sous-couche Skull White (blanc), sauf celles qui avaient une dominance sombre et qui ont été sous-couchées en Chaos Black (noir).

Pour presque toutes, j’ai employé les techniques habituelles : aplat, lavis ou second aplat, brossage à sec ou sur-lignage. Je n’ai pas eu la présence d’esprit de noter les différentes couleurs appliquées sur chaque figurine, mais quelques unes ont subi un traitement si particulier que je m’en souviens et que je vais pouvoir vous décrire.

La Monte en l’air : j’ai fait le voile noir sur son visage en appliquant délicatement un lavis Nun Oil, qui sert habituellement à noircir les creux.

Le Nécromancien : pour obtenir le bleu si particulier de sa tunique, j’ai réutilisé une technique employé avec mes figurines Firestorm Armada. J’ai appliqué une peinture argentée, puis un lavis Asurmen Blue.

Le Farfadet : un petit challenge celui-là. Pour obtenir cet effet multi-couleurs et pastel, j’ai appliqué délicatement, mais parfois avec à plusieurs reprises, des lavis colorés de Citadel directement sur la sous-couche blanche.

Le Chevalier : son bouclier a reçu en premier un aplat Chainmail, puis un lavis en Thraka Green, et un second en Agrax Earthshade

Le Chef Ogre : pour sa peau, plutôt qu’un aplat, j’ai appliqué directement un premier lavis jaune, puis un second lavis en Agrax Earthshade. J’ai terminé par un brossage à sec pour atténuer cette effet jaunâtre.

Les Crapauds : pour donner un aspect visqueux à leur dos et autres parties pustulantes, j’ai appliqué un produit Citadel (qui n’est malheureusement plus commercialisé) qui simule l’effet de l’eau.

A noter que j’ai fait une Faucheuse très proche de l’illustration, soit une statue en pierre, contrairement à beaucoup qui font une Faucheuse noir comme la mort.

Comme vous pourrez le remarquer, je n’ai pas fait les yeux. Personnellement je trouve que souvent, trop souvent, j’enlaidit la figurine plutôt qu’autre chose. Quand la figurine est trop petite, comme ici, j’évite de les faire.

A suivre la galerie complète de cette session peinture. Je vous invite donc à les regarder et aussi à poster des commentaires en fin de page. Rendez-vous pour une prochaine session.

Runebound

Héros des villes, héros des champs

Spécial Runebound & Dungeonquest

 

Après un petit lot de figurines pour Mice & Mystics, je continue avec celles d’un autre jeu d’aventure. Mais contrairement à la précédente session, point de méchants, que des héros. En conséquence, chaque figurine a été traité individuellement.

Le lot complet comprend les 12 figurines de la boîte de base, les 8 de l’extension « L’ile de la terreur », les 4 provenant d’un kit promotionnelle, et les 6 de Dungeonquest. Ces trente figurines de petites tailles ont chacune une carte de personnage avec une illustration très convaincante et colorée. Donc à moi de respecter à plus près le schéma de couleurs imposé par l’illustration.

runebound0

Une bien belle communauté

Pour commencer, point de débarbage, sauf si le cas était grossier. En raison de la fragilité du plastique employé et surtout de ma main lourde, j’ai préféré sauter cette étape. Ensuite une sous-couche blanche en Skull White.

Puis des techniques maintes fois éprouvées d’aplats, de lavis, de brossage à sec et ou de sur-lignage. Je n’ai pas eu la présence d’esprit de noter les différentes couleurs appliquées sur chaque figurine, mais quelques unes ont subi un traitement si particulier que je m’en souviens et que je vais pouvoir vous décrire.

Andira « Main Runique » et Une-Main : pour les armures et les autres protections métalliques, un aplat de peinture argentée puis un lavis coloré.

Varikas le Mort : pour la cape et la tunique, un aplat en Mephiston Red puis un lavis en Nun Oil.

Jaes le mage de bataille : pour respecter l’épée lumineuse, j’ai eu l’idée d’appliquer du Mithril Silver, puis de faire un brossage à sec en blanc. Malheureusement, ça fait épée en « métal blanc »…

Enchanteresse des Rune, Mok le spirite et Landrec le sage : j’ai voulu tenté l’expérience de l’effet lumineux, c’est-à-dire essayer de créer un halo par rapport à une source de lumière liée à leur personnage. Pour la première, il s’agit de la lanterne, et pour les trois autres de bâton magique. Le but était de reproduire l’effet créé sur l’illustration. Franchement je ne suis pas satisfait du résultat. Seul Landrec est convainquant. Je ne pense pas reproduire cette technique à l’avenir.

Comme vous pourrez le remarquer, je n’ai pas fait les yeux de toutes les figurines. Personnellement je trouve que souvent, trop souvent, j’enlaidit la figurine plutôt qu’autre chose. Quand la figurine est trop petite, comme ici, j’évite de les faire.

A suivre la galerie complète de cette session peinture. Je vous invite donc à les regarder et aussi à poster des commentaires en fin de page. A très bientôt pour le prochain article sur la peinture.

rallyman_box3dUne DS et les autres

Rallyman

Rallyman est un jeu de course simulant les spéciales de rallye. Avec ces beaux plateaux cartonnés, représentant asphalte, terre et neige, viennent quatre petits bolides en plastique.

Mais si on va directement sur la boutique du créateur du jeu, il y a aussi la possibilité d’utiliser l’une des 5 voitures à l’effigie des vraies voitures compétition, actuelles ou anciennes. Magnifiquement sculptées dans du métal, le résultat est saisissant de détails pour des figurines de moins de 20 millimètres de long.

Je me suis donc attelé à la tache de réussir un pari risqué : reproduire les schémas de couleur des vraies voitures de rallye en compétition durant la saison 2013-2014.

Les cinq voitures WRC sont une Citroën DS3, une Volkswagen Polo, une Ford Fiesta, une Mini Countryman et une Subaru Impreza. Pour cette dernière, il s’agit bien sûr du modèle de 2004.

Sans entrer dans les détails, la base fut un Skull White à la bombe puis des aplats et des lignages. Tout a été fait à la main bien sûr, mais sans loupe et sans pinceau quadruple-Zéro. Donc mes petits yeux fatigués, mes mains pataudes et quelques coups de pinceaux plus tard ont produit les résultats que vous voyez ci-dessous.

rallyman0

Les cinq drifters

Alors certes, cela peut paraître parfois pataud, voire grossier, mais je n’avais pas envie de m’éterniser dans des phases et « contre-phases » de retouches. De plus, j’avoue que certains ont la main plus légère et plus experte que moi, et de très bons résultats sont visible un peu partout. Pour les inscriptions, j’ai pratiqué des lignages hachurés ou des vaguelettes qui semblent satisfaisant en Table Top (qualité de peinture suffisante pour une immersion au jeu).

Je dois bien avouer que j’ai pris du plaisir à peindre sur des surfaces aussi petites, et à me « battre » pour correspondre au maximum aux vraies bolides de course.

Vous trouverez ci-dessous la galerie des petits monstres et vous pouvez poster un commentaire au bas de la page. A la prochaine.

adventurers

RoborallyAventuriers et robots

The Adventurers la Pyramide d’Horus et Roborally, pour Olmyster

Il m’arrive parfois de peindre pour les autres. Quand j’ai le temps, l’envie, mais surtout quand j’ai moi-même de la peinture à faire.

Ce qui est stressant quand on travaille pour les autres, c’est que le commanditaire n’a pas forcément les mêmes goûts que vous. Pire, il voudra sûrement le même résultat visuel que les cartes des personnages ou leur apparition dans le livre de règles.

Alors bien sûr, me direz-vous, s’il y a un visuel déjà existant, c’est parfait. Oui mais ce n’est pas si simple que ça. Le résultat sera approchant, ou pour y parvenir il faudra user de techniques inhabituelles ou inconnues. Et c’est bien là le dilemme, surtout quand on rend ce service à un pote.

phorusolmmar140

Les momies bientôt finies

The Adventurers : La Pyramide d’Horus.

Après avoir fait mon lot de figurines pour ce jeu l’été dernier, je m’occupe donc de celles d’Olmyster. Les méthodes sont quasiment les mêmes que pour les miennes.

Pour les momies, des aplats pour les bandages et les chairs, un jus de Devlan Mud, puis un brossage en Bleached Bone et de blanc. Les tissus drappés reçoivent une couleur de base très foncé, un brossage à secintensif ou un large lignage plus clair, puis un dernier brossage à sec encore plus clair. Pour finir, les éléments dorés sont peints en Shining Gold, puis un jus de Gryphonne Sepia et un brossage à sec en Burnished Gold.

Des techniques classiques, je vous l’avais bien dit.

Pour les aventuriers, il a fallu faire un traitement individuel. D’abord traiter les zones les plus importantes. D’une manière générale, ce sont les pantalons et les vestes, mais parfois cela peut-être la peau. De plus , certaines schémas seront adaptés pour un classique Aplat/Jus/Brossage à sec, alors que d’autres subiront trois passages du pinceau en éclaircissant au fur et à mesure les zones à recouvrir.

Cependant ma grande crainte a toujours été, sera encore un long moment, le traitement des chairs. Reproduire la couleur de la peau est pour moi un véritable calvaire car j’estime ne jamais trouver la bonne teinte.

phorusolmmar141

La série au complet

Roborally

Ce sera ma troisième série de Roborally. Après la mienne en janvier 2012, après celle d’un ami, que vous ne verrez pas ici, traitée trois mois après, je m’y remets deux après. Et encore j’ai bien failli en avoir une quatrième dans la foulée.

rbrlyolmfev140

Avant le passage au lavis

Alors que ma série était faîte selon mes goûts, que la seconde série avait eu une base en Mithril Silver, qui fut bien ennuyeuse à recouvrir d’autres couleurs, j’ai décidé d’avoir des couleurs le plus claires possibles.

Pour commencer, je propose à Olmyster de choisir les couleurs qu’il souhaite pour ses différents personnages. Ainsi le client sera intéressé au résultat final. Et cette fois-ci je suis mieux « armé » pour les aplats. Car la première fois en 2012, je n’avais pas la pratique pour mettre des couleurs claires sur un figurine sous-couchée en noire, ce qui avait donné un résultat très sombre et sale (qui ne me déplaisait pas, certes). Mais là, il fallait avoir un style plus « chatoyant ». Donc pour les aplats, j’ai utilisé la gamme Foundation de Citadel (ou Games Workshop), qui couvrent très bien, en plus du Mithril Silver et du Codex Grey pour les chenilles, tuyaux et autres parties en « caoutchouc ».

Ensuite un lavis de Devlan Mud sur tout ça. Puis après séchage (une journée en gros), du brossage à sec pour éclaircir les arêtes, un autre très léger en Mithril Silver pour rendre plus « pailleté » la tôle des petits robots, et j’ai poursuivi en couvrant en Mtihril Silver la base des figurines. Pour finir, j’ai fait les « yeux » en Skull White avec des pointes en Blood Red.

rbrlyolmfev141

Les voilà prêts pour mettre une sacrée pagaille sur le plateau.

Voilà pour cette session de peinture qui m’a changé de mes résultats d’ordinaire plus sombres.

isladoradaUne équipe face à deux mythes

Isla Dorada

Alors autant le dire tout de suite, la date de l’article n’est pas celle de sa création, mais celle de la touche finale sur les figurines détaillées plus loin. Oui, j’ai triché… et j’en suis fier.

Isla Dorada est un jeu de société pas assez connu à mon goût. Vos compagnons et vous êtes une expédition perdue sur une île et vous devez, chacun pour soi, glaner un maximum d’artéfacts, qui ne seront valorisés qu’en passant dans les différents temples et autres lieux qui leur sont dédiés. Par majorité, de cartes, vous pourrez prendre la tête de l’expédition et choisir sa future destination, sauf si avec gestes, hurlements et cartes un autre joueur impose sa route, laissant les autres partenaires applaudir, houspiller, maugréer ou chouiner (tant que c’est pas interdit par les règles).

Bref un jeu amusant dont le self-control sera plus important que le contrôle par soi-même de l’expédition. Dans la boîte, sont fournis trois figurines. Un totem représentera l’expédition et deux monstres mythiques, le Bigfoot et le Léviathan,  viendront bloquer notre route de temps en temps. Et qui dit jeu amusant, dit figurines rigolotes. Donc loin de moi l’idée de faire du sale, de l’usée ou du sanglant. Non, ce sera du propre, du mignon, du beau, du bon, du bonnet.

isladorada0

Le clique et les têtes à claques

isladorada2

… ou le sud ?

isladorada1

Le nord …

Alors malheureusement pour vous, je n’ai pas noté les différentes étapes pratiquées et les peintures utilisées. Mais je vais faire appel à ma mémoire infaillible de poisson-rouge pour écrire les quelques mots qui suivent.

Comme toujours c’est du Citadel. Une sous-couche en Skull White pour tous, afin d’intensifier la clarté.

Pour le totem de l’expédition, c’est déjà plus simple, mais aussi plus compliqué. Il n’existe aucun visuel artistique de cette figurine dans le livret. J’étais donc libre de faire à ma guise. D’un autre côté, il s’agissait de têtes enchevêtrées sur un socle sculptée.

Pour les têtes, des aplats suivis de lavis (ou jus), terminés par quelques brossages à sec pour accentuer certains effets (le nez rouge par exemple). La tête de l’aviateur n’a eu qu’un aplat et un brossage à sec, de même que le chapeau, les moustaches et le bol (ou le casque de l’aviateur si vous préférez).

Les feuilles ont reçu un aplat, un jus vert et un brossage à sec. Pour finir le socle a eu droit aussi à un aplat, un jus de Gryphone Sepia, excellent pour cet effet miel, et un brossage à sec uniquement sur les deux arêtes circulaires.

isladorada3

Non, il réfléchit ! Il ne fait rien d’autre !

Pour le Bigfoot, ce fut une autre paire de manches. Une carte à son effigie donne clairement le ton de la figurine et le schéma de couleurs.

A part trouver les bonnes couleurs parmi ma palette de cent vingt pots, les techniques sont basique avec deux aplats et quelques brossages à sec. Seule la peau a reçu qu’un seul aplat suivi d’un brossage à sec.

Contrairement à mon travail habituelle, les deux aplats devaient vraiment forcer le trait. En conséquence, un marron très foncé puis un ocre-orangé, ou un vert foncé puis un vert fluo.

Les figurines sont très bien sculptées et malgré un aspect caoutchouteux qui peut faire craindre le pire en terme de résultat, je n’ai pas eu de souci particulier.

Enfin… presque. Mon unique et principale souci fut vraiment de coller aux magnifiques illustrations de Naïade. La première étape qui consiste à choisir les couleurs, ou tout du moins, trouver le plus approchant selon ma large palette fut vraiment le plus difficile.

isladorada4

Les dents de la mer…

Autant pour le Bigfoot, ce fut simple et rapide, que pour le Léviathan, là je me suis arraché les cheveux.

Après un premier jet catastrophique et un bain au Bendix pour décaper tout ça, le bestiaux a refait un passage à la sous-couche, et moi chez mon fournisseur de pots pour quelques bleus.

Le corps a reçu un bleu-turquoise puis un brossage en bleu-vert très clair, puis un second brossage très léger en Mithril Silver pour donner un peu d’iridescence, comme les écailles d’un poisson. La collerette et la traîne sur le dos reçoivent des aplats de trois jaunes. Les tentacules ont juste eu droit à un second aplat très prononcé sur un bleu turquoise.

Enfin pour finir, je voulais que le Léviathan ait un aspect luisant, liquide, comme s’il sortait de l’eau. Pour cela, j’ai utilisé un produit Citadel très visqueux mais qui offre cette transparence, cette épaisseur et cette brillance qu’est l’eau. Donc mon monstre a eu droit à de l’ « eau sèche » sur toute sa surface.

Pour finir, j’ajouterais que j’ai fait une grosse erreur. Comme pour les figurines de Gears of War et de The Adventurers: la Pyramide d’Horus, j’ai appliqué un vernis soi-disant mat sur le totem de l’expédition et le Bigfoot. Sauf que j’en ai  mis trop et que cela a eu l’effet inverse. Donc celles-ci étaient aussi brillantes et collantes. Donc un passage de Medium a corrigé cela sans trop de difficulté (même si j’ai vu poindre sur les photos quelques zones très petites mais encore trop brillantes).

isladorada5

… et son dos

Merci de m’avoir lu et dans l’espoir que cet article vous a été utile.